Les Comoriens bloquent un deuxième vol pour Moroni

— 

Durant toute la journée, 200 à 500 personnes, membres de la communauté comorienne de Marseille, ont bloqué l'embarquement d'un vol de la compagnie Yemenia, qui devait décoller hier à 18 h de Marignane. Une mobilisation avait déjà entraîné l'annulation d'un vol prévu mercredi. « La compagnie va reconsidérer ses escales à Marseille », estime Pierre Régis, directeur de l'aéroport Marseille-Provence. Dès la fin de matinée, hier, des femmes en tenue traditionnelle et des hommes ont formé une chaîne humaine dans l'aéroport, devant les guichets d'enregistrement de la compagnie. L'action s'est déroulée dans une ambiance tendue, sous la surveillance de CRS. Une cameraman de l'Agence France-Presse a été violemment pris à partie par une dizaine de manifestants, qui refusaient d'être filmés.

Trois jours après le crash de l'Airbus A310 au large de Moroni, les Comoriens de Marseille réclament la création d'une commission d'enquête incluant l'Etat français et des représentants de la diaspora. « Tant que nous n'aurons pas les résultats de cette commission d'enquête, aucun vol ne partira de Marseille », a assuré hier Saïd Ahamada, président de la chambre de commerce ­franco- comorienne. Les manifestants ont demandé à nouveau hier à l'Etat d'affréter un vol pour que les familles des victimes puissent se rendre aux Comores. W