A Fos, le port enfin barge du Rhône

© 20 minutes

— 

Ils ont fait le pari du développement du transport fluvial dans le port autonome de Marseille (PAM). Ils s’en félicitent, mais ne mâchent pas leurs mots pour autant. François Bordry, président des Voies navigables de France, et Michel Margnes, président de la Compagnie nationale du Rhône, étaient hier au siège du PAM, à la Joliette, pour présenter des premiers résultats encourageants : 2 100 conteneurs en 2000, 29 000 en 2003. Quasi inexistant jusqu’alors, le transport fluvial depuis Marseille-Fos est en hausse (+ 12 % de tonnage en 2003). « Le Rhône est un fleuve bien équipé. Le volume du transport fluvial pourrait encore être multiplié par huit ou neuf », s’enthousiasme François Bordry, qui souligne l’importance de ce transport pour la région, une alternative « propre » au trafic de poids lourds sur une autoroute A 7 déjà asphyxiée. La croissance est réelle, mais les blocages aussi. François Bordry ne manie pas la langue de bois : « Il y a trop de retard dans le débarquement des barges fluviales. Les manutentionnaires les font passer après les gros bateaux, parce que les bakchichs sont moins intéressants. » Ces retards se répercutent dans les autres ports rhodaniens et n’incitent pas les transporteurs fluviaux à la confiance. La parade pourrait être la création à Fos d’un quai dédié au transport fluvial. Eric Brassart, directeur général du PAM, l’annonce pour le printemps 2005. Guylaine Idoux