Surfrider épingle trois plages marseillaises

© 20 minutes

— 

L’association Surfrider épingle trois plages marseillaises dans son étude sur la qualité des eaux de baignade, rendue publique hier. Motif : les plages des Bains Militaires, des Goudes et de la Pointe Rouge ont été fermées pendant deux à huit jours pour pollution bactériologique durant l’été 2003, note l’association. Pour son étude, qui donne lieu chaque année à l’attribution de « pavillons noirs », Surfrider recueille et confronte les analyses d’eau et les informations des Ddass, mairies et préfectures. Trois plages épinglées sur les vingt-deux que compte Marseille, le bilan a l’air plutôt positif. Mais cela peut être un trompe-l’oeil, explique Cendrine Templier, responsable environnement à Surfrider : « Il n’a pas beaucoup plu l’été dernier. Cela limite les rejets en mer et donc les pollutions potentielles. » Surfrider reconnaît cependant que « les collectivités ont fait beaucoup d’efforts pour améliorer en amont l’assainissement des eaux ». Notamment à la Pointe Rouge, où l’association note que « des travaux ont été effectués sur le réseau et davantage de sanitaires ont été mis à la disposition du public ». Pour l’été 2003, la mairie de Marseille note que le nombre de jours de fermeture des plages a été divisé par trois par rapport à 2002. Et ce, malgré la canicule « qui a amené une forte affluence sur les plages, de nuit comme de jour, et maintenu l’eau à une température élevée ». Les dernières analyses d’eau, effectuées par la Ddass le 22 juin dernier à la Pointe Rouge et aux Goudes, ont révélé une qualité d’eau « bonne » (niveau 1 sur une échelle de 4). Frédéric Legrand

prophète La plage du Prophète a été fermée hier pour 24 h à la suite de résultats d’analyse de l’eau. La cause de la pollution est encore inconnue. La mairie devait décider ce matin de rouvrir ou non la plage.