Avancées sur L'épilepsie à marseille

— 

Prévenir l'apparition de la forme la plus courante d'épilepsie est désormais possible, grâce à la découverte récente d'une unité marseillaise de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Implantée à la Timone (5e), l'équipe du professeur Christophe Bernard a mis en lumière le fait qu'une agression du cerveau, par exemple un traumatisme crânien sévère dû à une chute de moto, engendre d'importantes modifications neurologiques. Celles-ci sont capables de déclencher, bien des années après l'épilepsie dite « du lobe temporal » (30 % des cas), une forme très invalidante de la maladie, responsable de troubles de la mémoire spatiale. « On peut prédire le fait que le cerveau prend une trajectoire vers l'épilepsie, et prévenir l'apparition de la maladie grâce à un traitement pharmacologique en amont. Mais prévenir ne veut pas dire prévoir », explique Christophe Bernard. Car la survenue d'une crise chez les malades reste pour le moment inexplicable. W

L. B.