Tranquilité dans l'air à Istres, Marseille toujours inquiète

— 

Un petit tour et puis s'en va. Hervé Morin, ministre (NC) de la Défense, était hier à Istres pour une visite de la base aérienne et du centre d'essais en vol. Contrairement à son dernier déplacement au camp de Sainte-Marthe (14e), en mars, aucune rencontre n'était prévue hier avec les syndicats des personnels civils de la défense. « Le centre d'essais mis à part, la base d'Istres n'est pas en danger, estime Alain Pouyfaucon délégué CFDT des personnels civils. C'est la plus grande base de France, celle d'où partent les opérations extérieures. » A Marseille, 800 postes d'agents civils devraient être supprimés. Et, selon la CFDT, 180 à 200 d'entre eux « pourraient rester sur le carreau » dans le cadre de la réorganisation des armées. « Tous les agents ont été reçus et ont émis leurs voeux de mutation, on va voir ce qu'il en est », note Alain Pouyfaucon. En mars, Hervé Morin avait promis de revenir à Marseille « dès cet été », pour un suivi des redéploiements d'effectifs. W

F. L.