La chasse aux trésors high-tech entre en piste

Sarah Marengo
— 

Casquette, sac à dos, GPS et carte à la main, Serge Robert est fin prêt. Et ce n'est sûrement pas la pluie qui l'empêchera de pratiquer son hobby préféré, le geocaching. Une sorte de jeu de piste né aux Etats-Unis il y a neuf ans, où Internet et GPS sont au coeur de l'action. Le terrain de jeu du jour se situe du côté du massif de l'Etoile, aux portes de Marseille, et a été baptisé geodrome. On y trouve un ensemble de caches, dissimulées par d'autres adeptes, accessibles aux nouveaux pratiquants.

Serge, lui, en a déjà découvert plus de 1 040 depuis ses débuts en 2005. Une passion qu'il pratique souvent seul, dès qu'il en a l'occasion. « C'est incroyable le nombre d'endroits que l'on découvre dans la région ! Je me souviens d'un pic fréquenté par des vautours dans la Drôme. Juste au-dessus de la cache, on entendait le sifflement de leurs ailes, c'était magnifique », s'enthousiasme cet informaticien. Avant de partir à l'assaut des collines, Serge a relevé sur Internet (lire encadré) les coordonnées GPS de la cache convoitée. Au bout de quinze minutes de marche, le but n'est plus très loin. « Attention, voilà des Moldus », prévient tout à coup notre guide. En référence à Harry Potter, sont ainsi désignés des individus étrangers au monde du geocaching. « On évite de chercher une cache en leur présence. Le mieux, c'est d'attendre qu'ils passent leur chemin », s'amuse-t-il. Après un champ d'oliviers et des buissons épineux, le « trésor » est finalement découvert. En fait, une boîte dans laquelle on trouve un carnet pour indiquer son passage et quelques objets (sans valeur) à échanger. Pour jouer le jeu, Serge troquera une libellule en plastique et une pince à linge coccinelle contre un coquillage en céramique. Dans le monde, on compte aujourd'hui un million d'accros, mais un millier seulement en France et quelques dizaines dans la région. « Chez nous, le geocaching reste encore confidentiel, regrette Gérard Gouin, président de l'Association des geocacheurs de Provence, mais cela ne devrait pas durer. Aimer la nature et les produits high-tech, c'est tout à fait dans l'air du temps ! » Une philosophie qui devrait bientôt se vérifier : le grand rassemblement de geocacheurs prévu dans le Var pendant le week-end de Pentecôte affiche déjà presque complet. W