Traque à la voiture dans les voies de bus

Frédéric Legrand

— 

Après-midi calme, pour une fois. Plus de cinquante voitures ont été verbalisées et trois emmenées à la fourrière hier dans le carré Breteuil-Corderie-Rive Neuve, dans le cadre d'une opération visant à libérer les couloirs de bus. Comme chaque semaine depuis février, une équipe mixte police municipale, police nationale et RTM patrouillent le secteur. « Ce ne sont pas des opérations coup de poing, explique Caroline Pozmentier, adjointe (UMP) à la Sécurité. Chaque secteur est suivi au moins une fois par semaine, à des horaires différents. »

A la demande de la RTM, les secteurs de Camille-Pelletan (2e), boulevard National (3e) et de Saint-Antoine (15e) ont été rajoutés au programme. Non sans raison : lors de leur premier passage boulevard National, les policiers ont mis en trois heures plus de 450 PV et envoyé 64 voitures en fourrière. Hier après-midi, vacances obligent, ça commence tranquille sur le boulevard de la Corderie. Un livreur en warning sur la voie de bus. Les policiers municipaux lui demandent de partir. « Allez quoi, deux minutes ! Je travaille ! », tente-t-il, avant de s'en aller. Vingt mètres plus loin, première prise : une Fiat 500 abandonnée sans un mot, rien, au milieu de la voie de bus. Une des remorqueuses placées en attente dans le secteur arrive en moins de trois minutes. Un câble sous la calandre, et la Fiat part vers Bougainville (3e), direction la fourrière. A part ça, la Corderie est plutôt calme. En revanche, en contrebas sur le quai de Rive-Neuve, c'est carton plein. Sur 50 mètres, alignées comme à la parade, cinq véhicules, dont deux utilitaires. Une nuée de scooters de police leur tombe dessus. La radio crépite pour appeler du renfort : les remorqueuses ne sont pas assez nombreuses. Et encore, là, il s'agit d'un jour de vacances. Début mars, en un après-midi hors heures de pointe (14 h 30-17 h 30), les patrouilles ont emmené 34 voitures dans le secteur de Rive-Neuve, et aligné plus de 330 PV. W