« On russifie Elise »

Frédéric Legrand

— 

L'avocat du père de la petite Elise, pourrait se rendre en Russie « dans les prochains jours », a annoncé hier Jean-Michel André, le père de la fillette. Celui-ci veut vérifier auprès des autorités si la petite fille, âgée de 3 ans et demi, n'a pas été emmenée en Russie après son enlèvement en plein centre d'Arles, le 20 mars.

Une réunion de travail était organisée hier à Paris entre Jean-Michel André, le ministère de la Justice, le secrétariat d'Etat aux droits de l'homme, en liaison avec l'ambassade de France à Moscou. « Cette réunion prouve que l'on est sur la piste russe, estimait hier Victor Gioia, avocat du père d'Elise, au sortir du ministère. On sent que le gouvernement français est plus que mobilisé. » Dès le lendemain de l'enlèvement, Jean- Michel André avait accusé son ex-femme, d'origine russe, de l'avoir organisé. Les deux parents, en instance de divorce, se disputent la garde de l'enfant. « Actuellement, on est en train de russifier ma fille, estime Jean-Michel André. Il faut que l'enquête avance vite. Si je vois que ça n'avance pas, j'irai moi-même en Russie. » Hier, à l'issue de la réunion, le ministère indiquait ne « disposer d'aucune information » sur la présence d'Elise en Russie. ■