La centrale de Gardanne menacée

— 

Les salariés de la centrale thermique de Gardanne étaient en grève hier pour défendre leur usine, menacée de fermeture. La grève, suivie selon la CGT par 80 % des 170 salariés, a débuté hier pour 24 heures reconductibles et entraîne le blocage du site. «Nous demandons que l'Etat, actionnaire à 35 % de l'entreprise, tienne ses engagements en construisant un groupe supplémentaire de production électrique pour pérenniser le site », a déclaré Nadir Hadjali (CGT).

La Société nationale d'électricité et de thermique (Snet), rachetée en 2008 par l'allemand EON, a annoncé vendredi l'abandon du projet de centrale à cycle combiné de gaz à Gardanne. Selon la CGT, la Snet a précisé que l'une des deux tranches de la centrale serait stoppée dès 2012 et laissé entendre que la deuxième pourrait l'être en 2020. Le maire (PC) de Gardanne, Roger Meï, dénonce « le mutisme de l'Etat » et fait d'une visite de Nicolas Sarkozy mardi à Gardanne, l'occasion « de lui rappeler les engagements de l'Etat ». ■