« Envoyer le tramway vers les quartiers Nord plutôt que la mer »… Marseille veut inverser les priorités de la métropole

TRANSPORTS La ville de Marseille demande à la métropole de revoir son calendrier, et de faire en priorité les lignes de tramway vers les quartiers Nord et la Belle de Mai

Caroline Delabroy
— 
Le tramway à Marseille
Le tramway à Marseille — A.Vella / 20 Minutes
  • Pour la ville de Marseille, le tramway vers la Belle de Mai et le théâtre du Merlan est une priorité, davantage que celui vers la place du 4-septembre et la mer.
  • Elle demande à la métropole d’inverser le calendrier, et d’engager au plus vite ce chantier évalué à 250 millions d’euros, qui ne devait pas intervenir avant 2030.

La ville de Marseille a clairement énoncé ses priorités pour le tramway ce mardi, lors d’une conférence de presse qui suit de peu le vote par l’Assemblée nationale de 32 millions d’euros de crédits pour les transports marseillais en 2022. «  Les transports en commun doivent se développer dans le nord de la ville, et dans les quartiers les plus précaires, ceux dont les populations sont le plus dépendantes de ce mode de mobilité », affirme ainsi Audrey Gatian, adjointe au maire en charge des mobilités.

Concrètement, cela signifie pour la ville de lancer au plus tôt le prolongement de la ligne T3 vers la Castellane et même au-delà, mais aussi le projet de tramway vers la Belle de Mai et le théâtre du Merlan, qui était lui prévu par la métropole, mais pas avant 2030. « Les bus en retard, les bus bondés, c’est une réalité du quotidien pour aller faire les courses, pour travailler », déplore le maire des 2e et 3e arrondissements, Anthony Krehmeier. « Envoyer un tramway vers la mer, je ne pense pas que ce soit important », ajoute-t-il en référence au prolongement du T3 vers la place du 4-septembre, près de la Corniche, prévu lui pour 2026.

120.000 habitants desservis

« Ce projet n’est pas prioritaire pour nous, confirme Audrey Gatian. Il serait intéressant d’inverser le calendrier. Le tramway vers la Belle de Mai, cela représente 120.000 personnes desservies. » Le coût est évalué à 250 millions d’euros, pour un tracé de 4,7 km. « Il ne faut pas attendre 2030, on a des financements supplémentaires de l’Etat, il faut accélérer », ajoute-t-elle, rappelant que la ville de Marseille est « dans une logique de rattrapage », quand « Montpellier construit sa cinquième ligne de tramway et Toulouse sa troisième ligne de métro ». « C’est aussi un objectif de recoudre la ville, d’arrêter cet isolement de certains quartiers du reste de la ville », avance Audrey Gatian.

Reste que les transports relèvent de la compétence de la métropole. Interrogée avant la conférence de presse, Catherine Pila, présidente de la RTM et cheffe de l’opposition LR au conseil municipal, dénonçait ainsi un « coup de com'' » de la ville. « Il ne faut pas que la mairie s’octroie la maternité de projets et de réussites qui ne sont pas les leurs. » A l’écouter, la manne providentielle de l’Etat est le résultat de la seule « ténacité de Martine Vassal ». Quand Anthony Krehmeier, de la majorité municipale, objecte que « l’Etat accepte d’aider au financement des transports à condition de désenclaver les quartiers Nord ».

« Oui, cela a du sens de faire un tramway à la Belle de Mai »

« Désenclaver les quartiers Nord, c’est une priorité, tout le monde le reconnaît que le maillage du territoire n’est pas à la hauteur, temporise toutefois Catherine Pila. On est conscient que la Belle de Mai est un quartier qui n’est pas desservi en site propre. Oui, cela a du sens de faire un tramway à la Belle de Mai, c’est à notre agenda de 2030. » Pourquoi pas avant ? « Il y a des études déjà faites, des projets déjà enclenchés, comme l’automatisation du métro », avance-t-elle.

« C’est un peu compliqué de faire contre la volonté d’une commune et contre la volonté de l’Etat, je pense que la métropole l’entendra aussi », veut croire Audrey Gatian. De son côté, la métropole ne goûte guère l’exercice de commenter une conférence à laquelle elle n’a pas été conviée. Et confirme qu’une réunion de travail sur le tramway a bien eu lieu le matin même. De là à en tirer des conclusions, il est encore trop tôt.