Marseille : L’Assemblée nationale vote 32 millions d’euros de crédits pour développer les transports en 2022

BUDGET Une mesure qui doit valider l’engagement d’Emmanuel Macron à lancer un grand plan pour la métropole phocéenne

X. R. avec AFP
— 
La priorité est de désenclaver les quartiers Nord.
La priorité est de désenclaver les quartiers Nord. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

C’était un engagement pris par Emmanuel Macron en personne, quand il s’était déplacé dans la deuxième ville de France en septembre. Parmi son grand plan pour Marseille, la question des transports figurait en bonne place. L’Assemblée nationale a validé le projet en votant 32 millions d’euros de crédits dans son budget 2022 pour ce volet, dans l’enveloppe dédiée à « l’écologie, au développement et aux mobilités durables ».

« Un engagement et une promesse tenus », salue le député LREM des Bouches-du-Rhône, Saïd Ahamada. A Marseille, qui « souffre d’inégalités territoriales », ces premiers crédits doivent servir à « désenclaver les quartiers Nord », selon la députée Zivka Park.

« Un président candidat qui commence à faire campagne »

Mais tout le monde au Palais Bourbon ne voit pas ce cadeau d’un bon œil. Plusieurs députés ont ironiquement réclamé un déplacement présidentiel dans leur circonscription afin d’obtenir ce type de soutiens : la socialiste Christine Pires Beaune pour Clermont-Ferrand ou Benoît Simian (Libertés et Territoires) pour Bordeaux.

Le timing fait également grincer des dents : si le député LR Julien Aubert se dit « d’accord sur l’urgence », il pointe que les problèmes existaient déjà au début du quinquennat et regrette que seule l’échéance de «l'élection présidentielle permette d’accélérer le pas ». Même réflexion à la France Insoumise, où Eric Coquerel a « l’impression d’avoir un président candidat qui commence à faire campagne » en distribuant les millions.

Au total, le volet transports du plan pour Marseille mobilisera un total d’un « milliard d’euros », précise l’amendement, pour les « projets d’infrastructures de transports collectifs du quotidien prioritaires pour la métropole Aix-Marseille-Provence », dont 256 millions de subventions de l’État.