le marché du Soleil à tout prix

Benoît Gilles

— 

Le rideau de fer est à moitié relevé et, déjà, les commerçants s'engouffrent. Hier, ils ont décidé de rouvrir le marché du Soleil (2e). Le 18 juin dernier, cette galerie marchande de la Porte d'Aix, spécialisée dans le textile discount et les produits orientaux, a été partiellement détruite par un incendie. Les 130 commerçants qui y travaillaient ont été contraints d'installer leur boutique dans la rue, sur des étals de fortune.

Depuis, ils attendent en vain une proposition de relogement de la part du propriétaire, Georges Dahan, ou de la municipalité. En vain. « Les seules solutions proposées sont précaires, regrette Abdelak Abed, président de l'Union de commerçants. La mairie nous a proposé de nous installer à Bougainville, sous des tentes. Mais, là-bas, c'est loin de notre clientèle. »

Faute de solution durable, les commerçants ont pris les choses en main. Déjà, certains balaient les allées dévastées. Ils comptent bien se réinstaller sur la partie du site épargnée par l'incendie. Or, le lieu est toujours frappé d'un arrêté de péril et d'un autre interdisant l'ouverture au public. Le propriétaire ne mise pas sur une réouverture prochaine. « Monsieur Dahan nous a présenté un projet avec parking souterrain et 1 000 m2 de surface commerciale, précise Solange Biaggi, adjointe (UMP) au commerce à la ville de Marseille. Nous avons validé ce projet. Les travaux devraient durer deux ans. En attendant, j'essaie de trouver des solutions pour chaque commerçant. Je conçois qu'il soit compliqué pour eux d'attendre aussi longtemps. » Pour le moment sans relogement, les commerçants du marché du Soleil risquent désormais l'expulsion. ■