Coronavirus à Marseille : Les hôpitaux de la ville parmi les plus impactés par cette nouvelle vague

INQUIETUDES L’AP-HM s’alarme du taux d’incidence extrêmement élevé en région PACA. Il est de 587 nouveaux cas pour 100.000 habitants, soit près du double de la moyenne nationale

20 Minutes avec AFP
— 
Le SAMU à Marseille (illustration).
Le SAMU à Marseille (illustration). — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

La 4e vague de Covid-19 est en train de submerger les services de santé de Marseille. Affluence record aux urgences, risque de saturation en réanimation et manque d’effectifs : les hôpitaux marseillais sont « un des CHU les plus impactés de France métropolitaine », ont déploré lundi leurs dirigeants.

L’Assistance publique-hôpitaux de Marseille (AP-HM) a voulu ainsi sonner l’alarme, à la veille de l’évacuation vers Strasbourg de deux nouveaux patients en réanimation, dont un jeune de 22 ans. La région Provence-Alpes-Côte d'Azur connaît un taux d’incidence extrêmement élevé, à peu près du double de la moyenne nationale, à 587 pour 100.000 habitants, ce qui « explique en partie la situation dans nos hôpitaux », a commenté le nouveau directeur général de l’AP-HM François Crémieux, entouré d’une vingtaine de chefs de service.

Baisse de la moyenne d’âge en réanimation

« L’AP-HM en nombre de patients hospitalisés est effectivement un des CHU les plus impactés de France métropolitaine », a insisté le chef de réanimation de la Timone Lionel Velly, précisant toutefois que la situation marseillaise restait « largement derrière » celle de la Polynésie ou des Antilles. Sur les 67 patients en réanimation Covid-19, 89 % n'ont pas été vaccinés, la moyenne d’âge en réanimation a baissé à 54 ans, avec un ratio de femmes supérieur aux vagues précédentes à environ 50/50. Et l’AP-HM prévient qu’elle ne pourra guère aller au-delà de ces 67 lits de réanimation dédiés aux patients Covid, en raison des congés des soignants et des difficultés à recruter, des infirmiers notamment.

Les urgences elles sont en « réelle situation de crise » avec des pics d’activité record de près de 600 patients sur 24 heures, avec des patients Covid-19 et non Covid-19 en cette période estivale. Et la rentrée marseillaise verra les touristes partir mais un grand nombre de Marseillais revenir de vacances de pays d'Afrique du Nord très impactés par le coronavirus. « On a des inquiétudes très fortes sur ce qu’il va se passer », s’est alarmé le Pr Jean-Luc Jouve, président de la commission médicale de l’établissement.

Ce dernier a aussi pointé les très fortes disparités avec une surreprésentation en réanimation des habitants des quartiers les plus défavorisés, dans le Nord de la ville. De la même manière, la vaccination y reste assez faible en raison des difficultés d’information, du déficit de centres de vaccination et du manque de transport en commun mais aussi des vidéos YouTube de Didier Raoult, a estimé le Pr Jouve. Globalement favorable « à la conviction plus qu’à l’obligation brutale » de vaccination, Didier Raoult est d'ailleurs en conflit ouvert avec la direction de l’AP-HM, qui ne souhaite pas sa prolongation au-delà de sa retraite fin août.