Pas de cadavre dans le jardin de Salameh

— 

Important transport de justice, hier matin, au domicile de Patrick Salameh, 51 ans, dans le quartier Saint-Mitre. Depuis cinq mois, l'homme est en détention, suspecté d'avoir fait disparaître quatre prostituées. Le juge Franck Lagier voulait vérifier hier la présence de corps sous une dalle de béton, dans la propriété familiale de l'allée des Troènes (14e), à deux pas de la garçonnière de Salameh.

Les experts, munis d'appareils détectant la présence de cadavres grâce à des infrarouges, n'ont rien trouvé après deux heures de recherches. La brigade cynophile n'a rien détecté non plus dans le parc de la demeure. « Et si Patrick Salameh était innocent ?, avance son avocat. Rien n'a permis de le mettre en cause. Il reconnaît avoir eu des relations avec ces jeunes femmes, mais il n'est pas la dernière personne à avoir croisé leurs routes. » D'autres interrogatoires sont prévus, mais aucune nouvelle fouille ne serait programmée dans ce dossier. ■Omar Charif