Record d’avortements et de grossesses précoces

© 20 minutes
— 

Si depuis la fin des années 90, le nombre de naissances augmente de 900 par an en moyenne à Marseille, les interruptions volontaires de grosses (IVG) y sont également en très forte progression. « Leur taux a été multiplié par 2 à 3 en dix ans », s’alarme le Dr Pierre Berge, de l’ORS. Le nombre d’avortements y est ainsi désormais très supérieur à la moyenne française. On dénombre à Marseille 31,6 IVG pour 1 000 femmes en âge de procréer (de 15 à 49 ans). Contre 13,5 pour 1 000 au plan national. Pas encore expliquée précisément, cette particularité phocéenne pourrait correspondre à la répartition de la population marseillaise, où les femmes de plus de 25 ans, plus susceptibles d’avorter, sont très représentées.

enceintes Les grossesses de filles âgées de moins de 17 ans restent un fait marquant et très inquiétant de l’enquête sur la santé des Marseillais. « Certaines témoignent d’une méconnaissance totale de leur propre corps », affirme Françoise Gaunette, adjointe au maire chargé de la santé. Le lien avec l’importance des IVG n’est cependant pas établi.