Vasarely sous l'oeil de Drouot

— 

Il était temps que l'on débatte de l'oeuvre du maître de l'art optique en dehors des prétoires. Une vente aux enchères de plusieurs oeuvres de Victor Vasarely sera organisée, samedi après-midi à Paris, à l'Hôtel Drouot. Cent cinquante sérigraphies, une dizaine de multiples rares et trois oeuvres originales seront proposées aux enchères pour un montant global estimé à quelque 150 000 euros. Les bénéfices de cette opération iront intégralement à la Fondation Vasarely, créée par l'artiste en 1976 à Aix-en-Provence, au Jas-de-Bouffan. La structure, aujourd'hui gérée par un administrateur provisoire, est depuis des années au coeur de nombreuses démêlés judiciaires. La plupart des 1 300 oeuvres originales dont Vasarely l'avait dotée, en plus de 18 000 sérigraphies, ont disparu. Le bâtiment abrite toujours quarante-deux pièces monumentales.

En attendant l'issue des procédures, le produit de cette vente permettra de régler les dettes de la structure et d'envisager plus sereinement son retour sur la scène artistique. « C'est une première étape. Il faut montrer que l'oeuvre de Victor Vasarely est toujours attractive. Nous allons ensuite travailler pour proposer un vrai projet culturel. Les choses ne pourront aller qu'en s'améliorant », souligne Pierre Vasarely, petit-fils de l'artiste. Une centaine de sérigraphies offertes par le fils du peintre, ainsi que quarante-huit autres issues des fonds de la fondation seront donc mises à la vente. ■S. H.

Catalogue de la vente en ligne sur www.expertise-ottavi.fr.