Plein gaz naturel pour l'électricité à Fos

Laurent Berneron

— 

De l'eau, de l'air, du gaz et, bientôt, de l'électricité en abondance. Trois usines de production d'électricité à partir de gaz naturel vont entrer en service autour du port de Fos-Marseille entre cet été et 2012. « Le principe date des années 1980, mais grâce à une technologie récente sur les turbines à gaz, les rendements se sont fortement améliorés », explique Ignacio Mendes, directeur de la centrale EDF de Martigues-Ponteau, qui va passer du fioul au gaz naturel. Au final, la centrale de Martigues-Ponteau va passer de 750 mégawatts (MW) aujourd'hui, à 930 MW demain.

Ce nouveau système, dit « à cycle combiné » (lire l'encadré), est non seulement plus rentable, mais aussi plus écologique. L'usine aurait dû fermer d'ici à 2015 pour satisfaire de nouvelles exigences environnementales. Avec cette technologie, « elle va diviser par trois ses émissions d'oxyde d'azote, par deux le CO2, et ne générera pratiquement plus de souffre », note Ignacio Mendes. De l'autre côté du golfe de Fos, Suez-Gaz de France avance aussi ses pions. Le consortium va mettre en service cet été une centrale de 482 MW sur le site d'Arcelor-Mittal. Une partie des gaz des hauts-fourneaux va d'ailleurs être réutilisée par la centrale. Juste en face, Suez-Gaz de France ouvrira aussi une deuxième unité de 425 MW, en 2010, sur le terminal méthanier de Fos-Cavaou, au plus près des bateaux qui déchargeront le gaz naturel sur le second terminal, dont l'ouverture est prévue en juin. Au total, les trois unités vont produire plus de 1 800 MW supplémentaires, qui seront acheminés sur le réseau. De quoi sécuriser l'alimentation électrique des Bouches-du-Rhône, dans une région très déficitaire en production électrique.

Un autre projet d'unité à cycle combiné de 400 MW avait été envisagé par la société Snet, dans sa centrale de Gardanne-Meyreuil en 2009-2010. « Le projet est à l'étude, après l'arrivée d'un nouvel actionnaire, tout comme l'ensemble du plan industriel » du site, indique aujourd'hui le groupe. ■