La SNCM condamnée

Frédéric Legrand

— 

Un comportement « grave » mais « sans effet réel sur le marché ». Le Conseil de la concurrence a condamné vendredi la SNCM à 300 000 euros d'amende pour une attitude anticoncurrentielle lors de l'appel d'offres sur la desserte maritime publique de la Corse. A l'été 2006, la SNCM s'était retrouvée en lice face à une alliance Corsica Ferries-CMN, pour les juteuses subventions liées à la desserte publique de l'île. Fraîchement privatisée, la SNCM devait absolument remporter l'appel d'offres pour survivre. Elle a donc déposé une offre globale et indivisible sur l'ensemble des lignes vers la Corse, alors que ses rivales présentaient des offres partielles ligne par ligne.

L'offre globale lui donnait un avantage décisif. Le Conseil de la concurrence tacle d'ailleurs la Collectivité territoriale de Corse (CTC), organisatrice de l'appel d'offres. La CTC avait dit privilégier une desserte globale. Or « les concurrents n'étaient pas en mesure de déposer une telle offre dans les délais impartis par la collectivité », note le Conseil. Saisi en urgence, le Conseil d'Etat avait contraint la CTC à revoir sa copie et à organiser un nouvel appel d'offres, remporté en 2007 par la SNCM. La compagnie a annoncé samedi qu'elle fera appel de la condamnation prononcée par le Conseil de la concurrence. ■