VERS UNE TABLE RONDE entre éric BESSON et EMMAüs

— 

Une rencontre pourrait avoir lieu la semaine prochaine entre Eric Besson, ministre de l'Immigration, et le président national d'Emmaüs après l'arrestation et l'expulsion vers l'Algérie d'un sans-papiers qui était membre de la communauté Emmaüs de la Pointe-Rouge (8e), a-t-on appris hier auprès du ministère.

Cette arrestation, une première dans l'histoire d'Emmaüs, fait craindre aux associations un durcissement du gouvernement face à l'accueil inconditionnel des personnes en difficultés.

Le ministère s'en défend : « Il n'est pas question de remettre en cause l'hébergement d'urgence, assurait hier le cabinet du ministre. En revanche, cet hébergement n'a pas vocation à se dérouler sur une longue durée, ni à donner lieu à un travail rémunéré. »

Une analyse que ne partage pas Emmaüs, soulignant que les communautés n'accueillent pas ses membres indéfiniment mais jouent un rôle de « sas » pour la réinsertion. « Cela fait soixante ans que cela fonctionne comme ça », souligne d'ailleurs le porte-parole d'Emmaüs France.

Après l'expulsion mardi du compagnon sans papiers de la Pointe-Rouge et la perquisition de la communauté, plusieurs associations et syndicats de la région (Fondation Abbé-Pierre, Cimade, CFDT, Sud...) ont appelé à signer un « manifeste pour le droit à l'accueil inconditionnel ». ■F. L.