Marseille : « Pompier pyromane », « bavure verbale »... Gérald Darmanin annonce des policiers supplémentaires sur fond de polémique

POLITIQUE Après une journée de tensions entre le gouvernement et la mairie de Marseille sur la vidéoprotection, le ministère de l'Intérieur a annoncé des renforts policiers à Marseille

Mathilde Ceilles

— 

Gérald Darmanin.
Gérald Darmanin. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • Le ministre de l’Intérieur a clairement remis en cause sur RTL le moratoire sur la vidéoprotection portée par la nouvelle municipalité de Marseille.
  • Gérald Darmanin a ensuite annoncé, à la surprise générale et alors que la mairie allait répliquer sur ces attaques, un renfort policier attendu par beaucoup d’acteurs depuis des années.
  • Le ministre a également annoncé un déplacement imminent dans la deuxième ville de France.

« C’est une blague ? » Il est 16h35 sous le porche de l’Hôtel de ville de Marseille ce mardi. L’adjoint au maire à la sécurité Yannick Ohanessian écarquille les yeux, relit le tweet de Gérald Darmanin​, informé par les journalistes de la nouvelle. « La sécurité à Marseille est une priorité, écrit le ministre de l’Intérieur. Je me rendrai dans quelques jours dans cette si belle ville pour annoncer 300 policiers en plus dont 100 en 2021, grâce aux votes des parlementaires de la majorité présidentielle. Je proposerai au nouveau maire d’accompagner cette démarche. »

Un tweet dégainé quelques minutes avant la conférence de presse de l’adjoint au maire, organisée à la hâte pour défendre ses actions, à l’issue d’une folle journée polémique. Les hostilités ont commencé à 7h40 le matin même, au micro d’Alba Ventura sur RTL. Répondant à des propos virulents de la médiatique quatrième adjointe Samia Ghali sur la lutte contre la délinquance dans les quartiers, Gérald Darmanin avait sévèrement critiqué en réponse la politique de sécurité engagée par la nouvelle municipalité à Marseille.

Un moratoire qui divise

« A Marseille, j’ai moi-même proposé de l’argent par le préfet pour équiper en vidéoprotection et la mairie a refusé, s’agace le ministre de l’Intérieur. Donc je pense il faut arrêter d’être pompier pyromane parfois. » Dès le début de son mandat, la nouvelle municipalité avait en effet annoncé un moratoire sur la vidéoprotection, un des dossiers phares portés par leur prédécesseur LR, Jean-Claude Gaudin.

« Je ne doute pas qu’il s’agit certainement d’une bavure verbale de la part du ministre de l’Intérieur, tacle Yannick Ohanessian. Je rappelle quand même qu’il ferait mieux d’éviter de tenter en permanence de caresser l’électorat de l’extrême-droite et de plutôt se confronter à la réalité de terrain et à ce que nous vivons ici à Marseille. »

« Le ministre va se rendre à Marseille »

« Nous considérons la vidéoprotection comme un des moyens les plus efficace pour lutter contre la délinquance, défend le ministère de l’Intérieur auprès de 20 Minutes. Le ministre va se rendre à Marseille et pourra aborder ce point avec la municipalité. »

« L’Etat veut aider la ville de Marseille, et elle n’en veut pas, peste le conseiller municipal d’opposition, le général David Galtier. Conclusion, la sécurité n’est psa leur priorité. » « Un moratoire sur la vidéoprotection, c’est une folie, s’alarme Rudy Manna, secrétaire départemental du syndicat policier Alliance. Cela permet d’élucider de 30 à 50 % d’enquêtes ! »

« Personne ne s’y attendait »

« Le 19 août dernier, j’écrivais au ministre Darmanin pour lui rappeler une réalité que nous vivons ici dans la ville, rétorque Yannick Ohanessian. Jusqu’à preuve du contraire, une caméra n’a jamais arrêté le moindre voleur, et encore moins un trafic de drogue. C’est plutôt des effectifs de police présents sur l’ensemble du territoire de Marseille dont nous avons besoin. »

Et de s’étonner d’obtenir satisfaction six mois après. « Je suis comme tout le monde, tacle Yannick Ohanessian. Je vois bien qu’on est à l’approche d’élections, notamment départementales et régionales. A ce titre, j’ai cru lire qu’il y’avait un rapprochement de Madame Vassal (la présidente LR du conseil départemental, ndrl) avec LREM. Peut-être que tout ceci explique cela. Je vais leur laisser le bénéfice du doute. Ma seule interrogation est de savoir si le ministre va aller jusqu’au bout de ses propos sur Twitter récemment. »

« Personne ne s’y attendait, confie une source syndicale policière. Chez nous, c’est l’euphorie ! Le directeur départemental de la sécurité publique a dit lui-même récemment lors d’une réunion qu’il manquait 200 fonctionnaires de police secours sur l’agglomération marseillaise. Maintenant, on attend le ministre pour en savoir plus… » Contacté, le ministère de l’Intérieur promet un déplacement de Gérald Darmanin à Marseille avant la fin du mois de février.