Marseille : La nouvelle municipalité de gauche veut « sanctuariser les terres » pour l’agriculture urbaine

AGRICULTURE La mairie de Marseille veut stopper toute construction urbaine sur les terrains encore libres pour développer l’agriculture urbaine et, à terme, alimenter les cantines

Mathilde Ceilles

— 

La mairie de Marseille souhaite développer l'agriculture urbaine
La mairie de Marseille souhaite développer l'agriculture urbaine — Mathilde Ceilles / 20 Minutes
  • La nouvelle mairie de Marseille, issue d’une coalition de gauche, souhaite développer l’agriculture urbaine.
  • Pour cela, le maire socialiste de Marseille appelle à la sanctuarisation des terres.
  • Cette compétence revient toutefois à la métropole, dirigée par Martine Vassal (LR).

Des champs, un âne et un cheval, au bout d’une impasse minuscule et tortueuse, dans le calme le plus absolu. Seules les barres d’immeubles et la Bonne Mère en arrière-plan rappellent que malgré les apparences, nous sommes bien dans les quartiers Nord de Marseille, dans le 14e arrondissement. Il y a six ans, quatre jeunes Marseillais ont décidé de s’installer sur ce petit lopin de terre dans le quartier de Sainte-Marthe pour y bâtir « Terre de Mars », une petite ferme urbaine de deux hectares cultivés qui produit désormais plus de 30 tonnes de fruits ​et de légumes par an, aux portes de Marseille.

Une ferme qui fait figure d’exception dans la deuxième ville de France où les constructions poussent en périphérie comme des champignons, et que le nouveau maire socialiste Benoît Payan veut développer. L’édile a ainsi convié la presse à une visite de cette ferme ce lundi, comme pour mieux acter une rupture avec son prédécesseur Jean-Claude Gaudin, accusé par ses opposants de souffrir d’une certaine fièvre bâtisseuse.

« Une vraie question autour du foncier »

« Les terres vierges à Château-Gombert ou à La Valentine ont été appelées des zones à urbaniser (Z.A.U), s’indigne Benoît Payan. C’est d’une violence inouïe. C’était des zones pour délivrer des permis de construire et massacrer avec la bétonisation. Je veux dire qu’on va passer toutes ces zones en zone agricole, il faut sanctuariser ses terres. » Le maire souhaite ainsi développer les circuits courts pour ensuite, fournir les cantines marseillaises en produits locaux, une fois le marché actuel avec la Sodexo achevé, soit à l’horizon 2023.

A quelques mètres de là, plusieurs immeubles flambant neufs viennent de sortir de terre. Selon l’adjointe à la ville de Marseille en charge de l’agriculture urbaine Aïcha Sif, « Marseille compte 239 hectares de terrains agricoles qu’on peut récupérer ». « Aujourd’hui, il y a une vraie question autour du foncier, estime Pablo Cano-Rozain, l’un des quatre cogérants de Terre de Mars. Si la métropole déclasse les zones naturelles habitables en zone agricole, cela fait plus de terre pour les agriculteurs. »

Des modifications du PLUi

Car c’est bien la métropole, dirigée par l’ancienne candidate LR aux municipales Martine Vassal, qui est au cœur de ce dossier, en tant que collectivité qui dessine le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi). « Nous allons demander des modifications du PLUi, affirme Mathilde Chaboche, adjointe à la mairie de Marseille en charge de l’urbanisme. La métropole n’a pas à dire ce que la ville doit faire en règle d’urbanisme. On commencera à tout mettre en place pour avril afin de pouvoir lancer l’enquête publique à l’automne pour un vote prévue entre fin 2021 et début 2022 en conseil municipal, puis territorial et métropolitain. »

Contactée, la métropole affirme vouloir « faire basculer le foncier en zone agricole […] dès lors que le secteur géographique concerné possède un vrai potentiel en la matière en termes de qualité des sols, d’irrigation et de topographie, suite à des études préalables. Il est à noter que dans le cadre juridique de la modification du PLUi, une partie des zones à urbaniser doit rester dédiée à l’ouverture à l’urbanisation afin de rester conforme aux objectifs de production de logements ». Pour autant, la métropole affirme prôner « la sanctuarisation de zones vertes agricoles et durables », affirmant que « 201 hectares qui ont été basculés en terres agricoles dans le PLUi adopté le 19 décembre 2019 ».