Coronavirus dans les Bouches-du-Rhône : Le département manque-t-il de vaccins ?

EPIDEMIE Dans un communiqué de presse, la présidente LR du département des Bouches-du-Rhône Martine Vassal accuse l’Etat de limiter le nombre de centres de vaccinations contre le Covid-19 par manque de doses

Mathilde Ceilles

— 

Des flacons du vaccin Pfizer après leur utilisation.
Des flacons du vaccin Pfizer après leur utilisation. — Esteban Felix
  • Dans un communiqué, la présidente LR du département des Bouches-du-Rhône accuse l’Etat de limiter l’ouverture de centres de vaccination par manque de doses.
  • Le directeur de l’ARS dément toute pénurie, mais reconnaît que l’ouverture de centre de vaccinations est conditionnée par l’approvisionnement en vaccins.

Les Bouches-du-Rhône manquent-elles de vaccins à cause de l’Etat ? Dans un communiqué de presse envoyé ce week-end, la présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône Martine Vassal ​accuse le gouvernement de bloquer l’étendue de la vaccination sur le territoire, faute de doses suffisantes.

« Il nous manque encore deux éléments importants, écrit ainsi Martine Vassal. Un, le nombre de doses suffisant pour assurer la demande. Deux, les autorisations de l’Etat pour ouvrir suffisamment de centres sur l’ensemble du territoire. Lors de sa dernière allocution, le Premier ministre Jean Castex a parlé de 6 centres par département. Nous lui en avons proposé 54. Sur une première liste de 13 sites prêts à ouvrir lundi, notamment pour les plus de 75 ans, seulement 5 de nos centres ont été acceptés […] Face à la pénurie de vaccins, l’Etat est contraint de limiter les centres de vaccination. »

FAKE OFF

Interrogé à ce propos, le directeur de l’Agence régionale de santé de Provence-Alpes-Côte d’Azur Philippe de Mester dément toute pénurie de vaccins qui ne permettrait pas de répondre à la demande « En réalité, dans notre région, nous recevons tous les vaccins dont on a besoin, indique-t-il à 20 Minutes. Et même un peu plus. Il n’y a pas une bagarre pour se procurer les doses. On les fournit. » Et de préciser : « on a reçu ce matin 11.000 doses et on en a en stock 15.000 pour le département ». Des doses qui sont conservées dans l’unique frigo adapté dont dispose le département, à l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille.

« Au moment où je vous parle, il y a des doses en quantité suffisante, estime le maire socialiste de Marseille Benoît Payan à l’occasion d’un point presse sur l’ouverture de centres de vaccination à Marseille. On a de quoi voir venir cette semaine, la semaine suivante et celle d’après. »

Pour autant, Philippe de Mester reconnaît être freiné par le stock de doses de vaccins dont dispose aujourd’hui le département pour étendre la vaccination. « Martine Vassal sait très bien que le nombre de centres est aussi tributaire du nombre de doses que nous avons et qu’on ne peut pas multiplier. On est tributaire des industriels »

Aussi, en ce premier jour de vaccination réservé aux plus de 75 ans, les files d’attente se font d’ores et déjà longues. Il faut dire que les dizaines de milliers de doses demeurent bien insuffisantes quand on sait que le département compte 200.000 personnes âgées de plus de 75 ans selon l’ARS. Rien qu’à Marseille, le centre de vaccination ouvert ce lundi matin à la mairie affiche complet pour trois semaines.

« On alimente les centres en fonction des rendez-vous qui ont été pris, explique Philippe de Mester. Nous livrons quotidiennement les doses nécessaires pour les personnes qui sont inscrites. Donc c’est un flux continu. Il se passe toujours la même chose quand on ouvre ce genre de services, il y a un afflux énorme. Ça devrait se réguler dans les jours prochains. » Selon l’ARS, 1.500 personnes se font vacciner ce lundi dans les Bouches-du-Rhône.