La ville se prépare à une année financièrement « tendue »

— 

La crise, encore elle. Hier, Jean-Claude Gaudin (UMP) n'a pas exclu d'augmenter les impôts locaux pour faire face à une situation financière « tendue ». « La décision n'est pas encore prise, mais si hausse il y a, elle sera modérée », a précisé le maire de Marseille à l'occasion de ses voeux à la presse. La municipalité devrait trancher la question d'ici à quelques jours.

Pour le maire, l'année 2009 s'inscrit dans un cadre dont il a détaillé les quatre côtés : les élections municipales, l'Union pour la Méditerranée, Marseille, capitale européenne de la culture en 2013, et la crise financière mondiale. « Il n'y a pas d'archipel protégé, Marseille subira les effets de la crise, mais il ne faut pas sombrer dans le pessimisme », a prédit l'édile, appelant à faire de 2009 « l'année de la relance ».

Pour y parvenir, Jean-Claude Gaudin compte sur l'aide de l'Etat. Patrick Devedjian, ministre de la Relance, est d'ailleurs attendu à Marseille dans les prochains jours. « Je vais lui faire valoir nos projets et oui, j'espère que le gouvernement investira plus », a précisé Jean-Claude Gaudin, appelant les collectivités territoriales à mettre également la main à la poche. « Le plan de relance du conseil général est une bonne idée, a-t-il souligné. Il est temps pour la communauté urbaine de Marseille de présenter une stratégie. » ■ Stéphanie Harounyan