Les travaux au camp des Milles sont lancés

— 

Calendrier tenu. Comme prévu, le chantier destiné à transformer en mémorial le camp d'internement et de déportation des Milles, près d'Aix, a été lancé hier, pour une ouverture prévue à la mi-2010. L'aménagement d'un mémorial sur le site de 15 000 m2 permettra d'ouvrir au public les bâtiments du seul camp d'internement, de transit et de déportation encore en bon état en France. Créé en septembre 1939, la vocation du site a varié au gré de la politique de l'Etat français. Il est d'abord utilisé comme camp d'internement des « ressortissants de puissances ennemies » au début de la guerre, en majorité des opposants au nazisme réfugiés en France, dont de nombreux intellectuels et artistes, notamment Max Ernst ou Lion Feuchtwanger.

Il devient ensuite un outil du régime vichyste, au service de l'occupant nazi, et sert de camp de déportation pour 2 500 juifs envoyés vers les camps de la mort, via Drancy et Rivesaltes, en août-septembre 1942. En un peu plus de trois ans, le camp des Milles a vu passer plus de 10 000 internés de 27 pays, entre autres d'Allemagne et d'Autriche. Cherchant à faire du mémorial un outil pour débattre de thèmes comme la résistance à l'autorité, ou au contraire la passivité, le conformisme, le racisme, le rejet de l'autre, l'association Mémoire du camp des Milles table sur près de 100 000 visiteurs par an. ■