Des voeux en guise de reprise

Frédéric Legrand

— 

Remobiliser après la trêve des confiseurs. Les syndicats d'enseignants majoritaires du primaire et du secondaire ont décidé d'organiser des « cérémonies de voeux pour l'école » dans les établissements du département, ont-ils annoncé hier. « Nous allons les organiser après les cours, en conviant les parents d'élèves », explique Christophe Doré (SNUipp). Les cérémonies devraient avoir lieu aujourd'hui dans les écoles, et jusqu'à la fin de la semaine dans les collèges et les lycées. Parmi les principales revendications : des postes d'enseignants supplémentaires. « Depuis des années, le ministère part du principe de supprimer un poste sur deux, puis construit un programme autour de ça, dénonce Laurent Tramoni (Snes). En six ans l'académie d'Aix-Marseille a perdu 1 300 profs, c'est plus qu'il n'y en a dans les Alpes-de-Haute-Provence. »

De leur côté, les lycéens veulent eux aussi maintenir la pression. D'autant plus que, pour les syndicats, le report de la réforme du lycée « a montré que le rapport de force peut faire reculer le gouvernement ».

« On veut avoir une école qui aide les élèves au lieu de chercher uniquement la rentabilité, explique Samir Kessai, secrétaire général de la FIDL. Il va falloir travailler pour faire revenir les lycéens dans la rue, mais c'est normal après une période de vacances. » Un blocage a déjà eu lieu hier au lycée Victor Hugo (voir ci-contre). L'UNL et la FIDL appellent les élèves à défiler jeudi à partir de 14 h 30 depuis le Vieux-Port, avant la journée d'action unitaire de samedi. ■