Coronavirus à Marseille : « On rouvre l’Espace Julien pour tous les intermittents qui meurent », lance son président Eric Di Meco

INTERVIEW En pleine crise sanitaire qui frappe durement Marseille, l’Espace Julien, salle de concerts phare du centre-ville, a rouvert ses portes le week-end dernier

Propos recueillis par Mathilde Ceilles

— 

L'Espace Julien est une salle de concerts phare du centre-ville de Marseille. Ici lors d'un concert de Vianney
L'Espace Julien est une salle de concerts phare du centre-ville de Marseille. Ici lors d'un concert de Vianney — PHILIPPE DOIGNON/CHERIE FM/SIPA
  • L’Espace Julien a rouvert ce week-end à Marseille, avec 300 places assises, en pleine crise sanitaire
  • Son président, Eric Di Meco, défend cette décision, au nom du soutien au monde culturel. Il espère que d’autres salles de spectacle suivront.

La nouvelle apparaît comme une bulle d’oxygène dans un monde culturel asphyxié. Le week-end dernier, malgré le contexte sanitaire extrêmement tendu à Marseille, classé en zone d’alerte maximale compte tenu de la propagation du Covid-19, l’Espace Julien, une des principales salles de spectacle du centre-ville de Marseille, a rouvert ses portes, avec une série de concerts et de spectacles. Son président élu récemment, l’ex-footballeur Eric Di Meco, revient sur cette décision peu commune.

Eric di Meco

Pourquoi avoir décidé de rouvrir l’Espace Julien ?

On a la chance d’avoir un équipement de grande configuration avec des places assises. On va appliquer le même protocole que dans les cinémas par exemple, avec du gel hydroalcoolique et des mesures sanitaires très précises. D’une capacité de 900 places debout, on est passé à 300 places assises. On a beaucoup douté sur le fait d’avoir l’autorisation d’ouvrir, à un moment, on nous disait même qu’on ne pourrait rouvrir qu’en 2021 ! Ça a été très compliqué, il y a quelques réunions où on s’est bien pris la tête ! On a tout envisagé, des captations de concert en vidéo… pour finalement arriver sur cette solution et pouvoir ouvrir avec cette jauge réduite.

Les concerts assis, ce n’est pas vraiment dans les habitudes de l’Espace Julien…

C’est sûr que c’est drastique pour rentrer dans les clous mais il y a une vraie demande de culture. En ce moment, soit on essaie d’ouvrir et on repart, même au ralenti, soit on ferme et on meurt. Et combien d’intermittents avec tout ça vont finir dans la rue ? Tout le monde de la culture est en grande difficulté, et un peu laissé à l’abandon. Nous, on a décidé de rouvrir l’Espace Julien pour tous ces intermittents qui meurent, toute la scène locale qui ne vit plus. L’Espace Julien a toujours mis en avant les artistes locaux, plein d’artistes marseillais ont fait leur première scène au Café Julien. On s’est senti obligé pour eux d’essayer de redémarrer doucement. Moi, j’ai plein de copains musiciens qui ne jouent plus depuis six mois et qui n’ont rien à bouffer !

C’est pour eux que vous avez accepté la présidence de l’Espace Julien, peu avant le confinement ?

Quand j’étais adjoint au maire [de Jean-Claude Gaudin entre 2001 et 2007], j’avais été en contact avec les équipes de l’Espace Julien et quand le précédent président est parti, ce sont eux qui sont venus me chercher. C’est une activité bénévole dans une association comme il peut y en avoir d’autres à Marseille. C’est sûr que je vis un mandat assez unique ! Mais j’espère surtout qu’à travers ce qu’on fait, on va pouvoir montrer aux autres salles qui hésitent à ouvrir que c’est possible de le faire !