Une nuit au gymnase pour les naufragés des transports

— 

Des petits lits de camp, un duvet, un repas chaud et surtout, de longues heures d'attente. Mercredi soir, plusieurs centaines de personnes bloquées dans le département par la neige ont été accueillies dans des lieux d'accueil mis à disposition par les municipalités. Trains annulés, routes fermées... A Marseille, 176 personnes ont ainsi été hébergées dans deux gymnases ouverts par la ville.

Rue de Ruffi, les bénévoles de la Croix-Rouge géraient encore, hier midi, un groupe de touristes mexicaines qui attendaient de pouvoir accéder à l'aéroport. Karina et ses amies, qui terminaient en décembre un semestre d'études à Londres, avaient choisi Cannes pour les fêtes avant de regagner définitivement leur pays. « On voulait le soleil et la mer... c'est raté », sourit-elle malgré tout. Arrivées en train à Marseille mercredi matin, elles sont restées bloquées à la gare, faute de pouvoir emprunter l'autoroute vers Marignane. « On nous a dit que l'aéroport était fermé et qu'on devait rejoindre le gymnase, explique-t-elle. C'est la première fois qu'on passe la nuit comme ça, je pense qu'on va s'en souvenir toute notre vie ! »

Grâce à la réouverture de l'aéroport, hier en début de soirée, les jeunes Mexicaines devaient pouvoir enfin rentrer chez elles. Dans le gymnase Ruffi, seules six personnes, coincées à Marseille après avoir raté leur bateau, étaient encore prises en charge la nuit dernière. A Aix, les 140 personnes qui étaient encore hébergées hier midi ont toutes pu regagner leur domicile dans la soirée. ■ Stéphanie Harounyan