Regarder, écouter, penser l'oeuvre de Picasso

Frédéric Legrand

— 

Une forêt de tiges de bois qui déclenchent la projection de tableaux, un dispositif vidéo qui capture la silhouette du visiteur et l'épure en un trait cubiste, une série de dix autoportraits... Pour lancer son année Picasso, le musée Granet d'Aix inaugure aujourd'hui un parcours multimédia à travers l'oeuvre du peintre. Sur 350 m2, au sous-sol du musée, il vise à montrer toute la diversité du travail de Picasso ainsi que sa filiation avec le peintre aixois Cézanne.

Contrairement au dispositif mis sur pied pour « Cézanne 2006 », le parcours virtuel Picasso-Cézanne ouvre bien avant l'exposition, prévue en mai. « Nous nous sommes rendu compte que le parcours pouvait aider les visiteurs à s'imprégner d'un peintre, à se préparer à l'exposition, souligne Jean Iborra, responsable des publics au musée Granet. Surtout pour une oeuvre aussi complexe que celle de Picasso. » Effectuant des allers-retours entre réalisme et cubisme, portraits et natures mortes, création et reprises de classiques, Picasso est insaisissable. « Il a réalisé près de 40 000 oeuvres, contre à peine un millier pour Cézanne, et a tenté tous les styles, note Jean Iborra. Il y a plusieurs peintres en un seul. »

Pour initier à la palette du maître, le musée Granet a misé sur deux tableaux : « On a voulu à la fois à provoquer une sensation directe chez le spectateur et donner des pistes de réflexion à celui qui veut approfondir », détaille Marion Dussaussois, l'une des trois scénographes du projet. Car « Cézanne 2006 » a montré que le visiteur peut aussi bien rester dix minutes qu'une heure dans le parcours. Un enseignement retenu cette année, notamment pour la comparaison Cézanne-Picasso sur une même nature morte, représentée par un modèle en plâtre. Des spots éclairent successivement les points de vue sur le modèle, et leur correspondance dans les tableaux des deux peintres. Sur les murs, les toiles sont agrandies jusqu'à quatre fois pour qu'on puisse admirer les détails des coups de pinceau. Des textes, enregistrements et fiches permettent d'en savoir plus sur la technique, les oeuvres et les réactions qu'elles ont suscitées. On en sort rassasié, et avide d'admirer les vraies toiles.