Début d'Aïd serein

Frédéric Legrand - ©2008 20 minutes

— 

Pas de bousculade ni d'embouteillage, des familles qui prennent un thé au stand berbère en attendant leur mouton... Pour sa première journée, la fête de l'Aïd-el-Kébir s'est parfaitement déroulée hier aux abattoirs agréés de Saint-Louis (15e), un temps menacés de fermeture pour raisons de sécurité. En catastrophe, deux chaînes d'abattage ont été installées sous un chapiteau, près des anciens bâtiments.

Suivant le rituel d'abattage derrière des barrières placées en fin de parcours, les fidèles récupèrent leur mouton à l'appel de leur numéro de réservation. « C'est très calme cette année, ça va très vite, en une demi-heure on a eu notre mouton », note Mehdi Zougah, venu avec son fils pour préparer la fête. Seule ombre au tableau : les prix, qui tournent autour de 200 eur par mouton. « Comme il y a une forte demande, les éleveurs montent les prix, souligne Mohammed Cherrad. En plus, cette année, l'Aïd tombe près de Noël. » Tout autour du chapiteau, élus, fidèles et chevillards s'étonnent de la faible affluence pour un premier jour d'Aïd. Chacun a sa théorie : Marseillais retournés fêter l'Aïd au pays, report des clients de Saint-Louis vers d'autres sites agréés, recours à des abattoirs clandestins... Hier après-midi, l'un d'entre eux aurait été découvert à Châteauneuf-les-Martigues.