Campagne sudiste pour Obama

Stéphanie Harounyan - ©2008 20 minutes

— 

Dès l'entrée de l'élégante maison d'Endoume, un portrait de Barack Obama accueille les visiteurs. Chez Pamela King, la campagne pour la présidentielle a pris le pas sur le quotidien. « En ce moment, je travaille jour et nuit », s'enthousiasme cette Américaine de San Francisco, arrivée à Marseille il y a seize ans. Depuis un mois, elle anime le club Marseille des démocrates, branche officielle du parti d'Obama, qui compte quelque 150 membres, tous Américains et vivant dans les Bouches-du-Rhône et le Var. « J'ai toujours voté démocrate, mais là, c'est différent, raconte-t-elle. D'habitude, les Américains qui vivent à l'étranger ne se sentent pas concernés. Cette fois, c'est crucial. On ne peut plus continuer sur le chemin de Bush. Et c'est un enjeu pour le monde entier. » Cet été, après un voyage aux Etats-Unis, elle décide de s'engager. « Obama nous incite à participer, c'est nous qui faisons la différence. Ce message motive, même ici à Marseille ! »

Loin des urnes, mais au coeur de la bataille. Si la plupart des Américains de France ont déjà voté, la militante consacre ses soirées à convaincre les indécis, outre-Atlantique. Connectée sur le site Internet d'Obama, elle accède à des listes de résidents d'Etats en balance. Canevas ultra-détaillé à l'appui, elle enchaîne les coups de fil. « S'ils votent McCain, on les remercie et on raccroche, détaille-t-elle. S'ils sont pour Obama, on leur propose de devenir bénévoles. S'ils hésitent, on leur pose des questions pour les aider à faire leur choix. » Si Pamela s'active par téléphone, d'autres collègues de la région n'ont pas hésité à rejoindre le terrain. « La vice-présidente avignonnaise est partie au Nouveau-Mexique, détaille-t-elle. Elle fait du porte-à-porte. Et a même été choisie pour être sur scène avec Obama lors de son discours à Albuquerque. » L'équipe de campagne marseillaise a prévu de se réunir mercredi matin, dans un café du Vieux-Port, pour suivre en direct les résultats de l'élection. « On trinquera au champagne pour fêter la victoire, ou noyer notre chagrin », plaisante Pamela. Verdict attendu aux alentours de 7 h 30.