Les petits rats répètent sans Pietra

© 20 minutes

— 

A la veille du conseil d’administration exceptionnel qui doit statuer sur le sort de Marie-Claude Pietragalla (lire page 22), les danseurs du Ballet national de Marseille (BNM) répétaient toujours, hier, le spectacle programmé à partir du 11 mars au théâtre de la Criée. Les quelques « non-grévistes » qui n’ont pas signé la pétition demandant le départ de la directrice sont absents. « Il n’y a pas de tensions entre eux et nous pendant qu’on répète », assure Agnès, danseuse entrée au ballet sous la direction de Roland Petit. L’ambiance est presque meilleure qu’avant : « On n’a plus une réunion de crise par semaine. » Seule petite anicroche, une prise de bec la veille à propos de certains articles parus sur le ballet. Sur les trois pièces prévues à la Criée, deux ont été chorégraphiées par Marie-Claude Pietragalla. Mais l’absence de la danseuse étoile n’empêche pas les répétitions. Selon Valérie, « l’une des pièces est un solo de son assistant-chorégraphe, qui travaille donc seul. L’autre, on la prépare avec le répétiteur du ballet », explique cette danseuse entrée au BNM sous la direction de Pietragalla. Dans le grand studio, au sous-sol, une dizaine de danseurs interprète The Captain, dirigé par le chorégraphe finlandais Tero Saarinen. C’est l’histoire d’« une communauté qui se cherche un chef », sourit Christophe Mély, « gréviste » et chargé des relations publiques du ballet. Un chef qui manque encore au BNM : « Le programme pour la prochaine saison n’est toujours pas arrêté, s’inquiète Valérie. On ne peut pas avoir encore une année à blanc. » Frédéric Legrand

décision Le conseil d’administration extraordinaire, qui doit se tenir ce matin à 11 h, devrait rendre sa décision la semaine prochaine. Pour les grévistes, il s’agit « d’officialiser le départ » de Marie-Claude Pietragalla.