SNCF : Une fuite de gaz paralyse le trafic pendant 8 heures entre Marseille et Toulon

TRANSPORTS Le trafic a depuis repris son cours normal

J.-L.D. avec AFP

— 

Un TGV à la gare de Saint-Charles
Un TGV à la gare de Saint-Charles — Claude Paris/AP/SIPA

Après des heures de paralysie, la SNCF a pu affréter vendredi en fin de soirée des bus et une rame TGV spéciale pour prendre en charge des centaines de voyageurs bloqués à  Marseille en raison d’une fuite de gaz près d’une ligne ferroviaire.

Aucun voyageur n’a finalement eu à dormir à la gare Saint-Charles, a précisé un porte-parole de la compagnie. A la gare de Toulon, qui a également été affectée, un certain nombre de voyageurs ont par contre passé la nuit à bord d’un train, qui ne partira que ce samedi matin, a-t-il précisé. Beaucoup n’ont cependant pas attendu et ont poursuivi leur voyage par leurs propres moyens ou ont été pris en charge par des proches.

La fuite de gaz résorbée

Sur cette ligne ferroviaire très fréquentée du sud-est, le trafic avait été interrompu vers 16h30, à cause d’une fuite de gaz à la Ciotat (Bouches-du-Rhône). Les autorités ont imposé l’arrêt de la circulation ferroviaire.

La fuite de gaz, due à l’arrachage d’une canalisation par un tractopelle, « a été résorbée et la réparation de la canalisation endommagée est engagée », a indiqué l’opérateur gazier GRTGaz à minuit.

Des billets intégralement remboursés

De son côté, la SNCF avait pu affréter à 22h45 quatorze bus de grande capacité, « avec l’aide de la préfecture », pour conduire les voyageurs de Marseille à Toulon. Et « une rame TGV spéciale de grande capacité a été affrétée pour les voyageurs à destination de Les Arcs, Saint Raphael, Cannes, Antibes et Nice et a quitté la gare de Marseille à 00h20 », a précisé la compagnie.

Dans la soirée de vendredi, des paniers repas avaient été distribués, ainsi que des cafés et des couvertures, dans le cadre d’un partenariat avec la protection civile, a souligné le porte-parole. La SNCF s’engage à rembourser intégralement ses voyageurs. Une vingtaine de pompiers avaient également été mobilisés, aux abords de la fuite, pour prévenir tout risque d’explosion ou d’incendie.