De la querelle dans l'air du métro

Stéphanie Harounyan - ©2008 20 minutes

— 

De la pollution, mais à quel niveau ? Hier, les agents CFDT de la RTM et le réseau Ecoforum ont réclamé la mise en place d'un contrôle de la qualité de l'air dans le métro marseillais, notamment une mesure des émissions de particules fines, nocives pour la santé. « Nous demandons depuis quatre ans l'application d'une circulaire ministérielle de 2003 sur la qualité de l'air dans les enceintes ferroviaires souterraines, qui demande aux régies de faire ces mesures. Beaucoup de villes l'ont fait. A Marseille, on nous dit que c'est en cours, mais rien ne se passe », note Patrick Rossi, conducteur de métro et délégué CFDT.

Pour Josiane Baud, directrice générale de la RTM, le processus est bel et bien en cours. « On est lancé sur le sujet depuis un an, assure-t-elle. Nous attendons que les autorités valident le système de mesures de particules que nous avons mis en place avec Atmo-Paca [organisme en charge de la surveillance de la qualité de l'air]. Dès qu'on a leur feu vert, nous démarrerons les études et tous nos résultats seront rendus publics. »

Ces analyses ne se limiteront pas au métro, précise-t-elle, mais présenteront un comparatif des niveaux de pollution selon différents modes de transports. « Les relevés effectués à Paris notamment montrent que dans le métro, on risque en effet d'avoir un degré significatif de concentration des particules fines. Mais le niveau de pollution est bien plus élevé dans l'habitacle d'une voiture que dans n'importe quel autre mode de transports », explique Dominique Robin, directeur d'Atmo-Paca, qui travaille effectivement sur un projet avec la RTM. D'ailleurs, pour le métro, des solutions existent pour limiter l'impact de la pollution. « On peut envisager une meilleure ventilation, réduire les frottements lors du freinage des rames, détaille Victor-Hugo Espinosa, président d'Ecoforum. On a donc intérêt à jouer la transparence, pour assurer la sécurité des usagers et un meilleur environnement pour les 400 agents de la RTM travaillant dans le métro. »