Marseille: Un téléphérique pour rejoindre l'aéroport? L'idée, «loin d'être farfelue», pourrait voir le jour pour les JO de 2024

TRANSPORTS Après l’abandon du projet reliant le Vieux-Port et Notre-Dame de la Garde, l’idée d’une liaison mécanique entre la gare de Vitrolles et l’aéroport fait son chemin.

Caroline Delabroy

— 

L'Žaéroport de Marseille Provence a accueilli 9,4 millions de passagers en 2018.
L'Žaéroport de Marseille Provence a accueilli 9,4 millions de passagers en 2018. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES
  • La métropole a commandé à un cabinet spécialisé une étude sur un téléphérique entre la gare de Vitrolles et l’aéroport Marseille Provence.
  • Le projet, estimé autour de 30 millions d’euros, permettrait de relier les deux sites en six minutes.
  • La désignation de Marseille comme ville hôte des JO de 2024 pourrait aider au financement.

Pour relier l’aéroport Marseille Provence en transports en commun, il existe aujourd’hui deux grandes options : le bus au départ de la gare Saint-Charles à Marseille et celle, moins connue, du train puis de la navette au départ de la gare TER de Vitrolles. Emprunté par un million de passagers par an, le premier a l’avantage de la cadence mais se heurte bien souvent aux embouteillages et rallonge alors le temps de trajet théorique de 25 minutes.

De Vitrolles, la liaison par navette est expresse (cinq minutes), mais en dehors des heures de pointe, il faut parfois l’appeler par un interphone. A ce jour, 200.000 passagers l’empruntent toutefois dans l’année. « Un téléphérique pourrait amener un cadencement plus élevé, qui permettrait de réduire le temps d’attente des passagers », confie-t-on à l’aéroport, qui semble pousser cette option par rapport à celle d’un bus en site propre.

Un départ toutes les six minutes

Le scénario est en tout cas sur la table, sérieusement posé par la métropole qui a commandé une étude à une société spécialisée. Il se chiffrerait, selon les informations de Marsactu, entre 25 et 35 millions d’euros en fonction des options retenues. Le téléphérique permettrait de relier l’aéroport en six minutes, avec un départ également toutes les six minutes, et un arrêt par Airbus (pour les salariés du site). A écouter Philippe Tabarot, chargé des transports au conseil régional Paca, ce projet, « très crédible », « n’est pas quelque chose de farfelu ». La précision a son importance après l’enterrement du projet de téléphérique reliant le Vieux-Port à Notre-Dame-de-la-Garde.

Au dernier comité de pilotage, début avril, sur les déplacements urbains au sein de la métropole Aix-Marseille Provence, les acteurs auraient parlé assez précisément du financement. « Du fait que Marseille ait été désignée ville hôte pour les Jeux olympiques de 2024, on peut penser que l’Etat va enfin mettre les moyens nécessaires pour aider ces grands projets d’infrastructure », estime Philippe Tabarot, qui précise que la région pourrait aussi contribuer dans le cadre du CRET (contrat régional d’équilibre territorial).

Et Saint-Antoine ?

Car au-delà de la desserte de l’aéroport, l’enjeu porte sur le développement de la gare de Vitrolles. D’ici cet été, elle va pouvoir accueillir des trains plus longs grâce à ses quais rénovés. « A terme, avec la ligne nouvelle Provence Côte d’Azur, l’idée est de passer, en heures de pointe, de quatre à six trains par heure entre Marseille et Vitrolles, indique Philippe Tabarot. Pour augmenter la place du ferroviaire, il faut augmenter le multimodal. Comme aujourd’hui à Nice, l’usager pourra trouver à Vitrolles aussi bien un bus, un TER, un train à grande vitesse, etc. » Et peut-être un téléphérique donc.

Pour Stéphane Coppey, président de France Nature Environnement 13, ce téléphérique vers l’aéroport « fait partie des bons projets à promouvoir en matière de transports en commun sur la métropole ». « La gare de Vitrolles est à la fois au milieu de nulle part et de tout, rappelle-t-il. Elle est d’un côté au pied du plateau où se trouve la zone d’activités des Estroublans, et de l’autre à un kilomètre à vol d’oiseau de l’aéroport. La mise en connexion de la gare avec ces deux entités est une nécessité. » Il pointe également un autre site, où un téléphérique serait selon lui pertinent  entre la gare Saint-Antoine et l’hôpital Nord. Et là, contrairement à celui de l’aéroport, on aurait en bonus une vraie impression visuelle d’ascension.