Marseille: Le manque de transports en commun serait un facteur de chômage

ECONOMIE Le manque de transports en commun à Marseille serait à l’origine de 3 % de chômage, déjà au-dessus de la moyenne nationale

Mathilde Ceilles

— 

Marseille le 3 novembre 2011 - La station Castellane du métro marseillais
Marseille le 3 novembre 2011 - La station Castellane du métro marseillais — P.MAGNIEN / 20 MINUTES
  • Marseille compte deux fois moins de transports en commun qu’à Lyon, et un taux de chômage plus élevé.
  • Le retard accumulé en matière de transports constituerait un frein pour l’emploi à Marseille.

A quelques mois de quitter à jamais son fauteuil de maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin se félicite régulièrement de ces chiffres. « Le taux de chômage ​est passé de plus de 22 % en 1995 à 11,7 % fin 2018 sur la zone d’emploi Marseille-Aubagne », écrit ainsi la mairie de Marseille dans un récent communiqué de presse.

Mais dans la deuxième ville de France, bien qu’en baisse, le taux de chômage reste au-dessus de la moyenne nationale. Selon les statistiques communiquées par la mairie, ce taux s’élève à 11,7 % au dernier trimestre 2018 sur la zone d’emploi Marseille-Aubagne, contre 8,8 % en France et 8,9 % à Lyon.

« Une des explications »

Autre chiffre encore, issu cette fois d’une étude de l’Union des transports publics et ferroviaires. Marseille compte 1.129 kilomètres de lignes, tous modes de transports confondus, soit deux fois moins qu’à Lyon. Les métros et tramways sont totalement absents de certains quartiers, notamment dans les quartiers Nord, mais aussi certaines zones économiques, comme la Valentine.

Or, ces deux statistiques seraient liées, selon Dominique Tian, premier adjoint LR au maire en charge de l’économie. « Pourquoi y a-t-il plus de chômage à Marseille qu’ailleurs ? Le problème des transports est une des explications, affirme-t-il. Il n’y a pas d’études précises, mais on a fait cette estimation : le seul rapport officiel qui existe sur le sujet date de juin 2015 et a été réalisé par l’inspection financière. On estime que deux points et demi à trois points du chômage sont liés aux problèmes de mobilité sur le plan marseillais. »

Des refus d’embauche

« Plusieurs employeurs ont refusé de m’embaucher pour des postes de travail à pourvoir en 2/8 car les transports en commun ne me permettaient pas d’être à l’heure le matin, témoigne Thierry, demandeur d’emploi marseillais et internaute de 20 Minutes. On me demandait de commencer à 5 h 30. Or, la première dépose à l’arrêt de bus desservant ces entreprises n’est qu’à 5 h 45, et je n’ai pas de moyen de transport personnel. »

« Quand on a commencé à concevoir les transports à Marseille et ailleurs, les gens travaillaient à côté de leurs lieux d’habitation, analyse Johan Bencivenga, président de l’union pour les entreprises des Bouches-du-Rhône. Or, chez nous, dans les Bouches-du-Rhône, il s’est créé des zones d’activité en zone périurbaine. Et les transports collectifs sont encore aujourd’hui imaginés pour des gens qui vivent là où ils travaillent. » Et d’ajouter celui qui s’est engagé comme « expert » au côté de la présidente de la métropole Martine Vassal : « Le problème de Marseille, c’est que c’est une ville très étendue, avec 240 km² de surface, soit bien plus que Paris intra-muros ! »

Des difficultés de recrutement

Résultat : certaines entreprises peinent à recruter. « J’étais encore récemment à Heineken à la Valentine, explique Dominique Tian. Et c’est incontestable, ils sont face à un problème d’éloignement qui fait que les gens ne viennent pas, car le réseau n’est pas assez performant. » « Moi-même, je travaille dans le BTP à la Valentine, et si mes gars n’avaient pas leur voiture d’entreprise, ils ne viendraient pas », regrette Johan Bencivenga.

« Martine Vassal a engagé un important plan mobilité, défend Dominique Tian. Tout le monde le concède ici : il y a un vrai problème. » Et d’en appeler au gouvernement, à quelques jours d’une visite d’Edouard Philippe à Marseille : « Nous avons pris beaucoup de retard, il faudrait que l’Etat nous aide un peu plus. » A titre de comparaison, selon l’Union des transports publics et ferroviaires, Marseille compte moins de transports en commun qu’à Thionville ou Brive-la-Gaillarde.