Marseille: Touché, coulé? A deux mois de son ouverture, le musée subaquatique est contesté devant la justice

JUSTICE Inquiet de la sécurité des baigneurs et des plongeurs, un collectif demande l’annulation de la concession de 15 ans octroyée par le préfet. L’audience est prévue le 15 avril

Caroline Delabroy

— 

Les « Néréides », de  l'artiste Evelyne Galinski se prépare à rejoindre le musée subaquatique de Marseille.
Les « Néréides », de l'artiste Evelyne Galinski se prépare à rejoindre le musée subaquatique de Marseille. — Guillaume Ruoppolo
  • Un arrêté préfectoral a autorisé l’ouverture d’un musée subaquatique au large de la plage des Catalans à Marseille, avec une concession de 15 ans sur le domaine public maritime.
  • Une association de défense de l’environnement demande l’annulation de l’arrêté, en se fondant notamment sur des questions de sécurité du site. Elle s’inquiète des risques de noyade et des moyens de surveillance.

Le compte à rebours est lancé. Le musée subaquatique de Marseille, l’un des premiers du genre en France, doit être officiellement inauguré le 8 juin, à l’occasion de la journée mondiale de l'Océan. Les dix sculptures d’artistes locaux sont en cours de finition dans la Drôme, bientôt prêtes à rejoindre le large de l’anse des Catalans, où elles doivent être visibles (gratuitement) à 120 mètres de la côte et 5 mètres de profondeur. Après le sentier sous-marin créé en 2011 sur la plage, s’annonce donc une autre activité pour les amateurs de snorkeling. Mais à deux mois du lancement, le collectif de défense du littoral 13 pourrait bien faire boire la tasse au projet.

L’association a en effet déposé un recours en référé devant le tribunal administratif de Marseille. L’audience est fixée au 15 avril. En cause ? L’arrêté préfectoral accordant une concession de… 15 ans sur le domaine public maritime, contre une redevance annuelle de 475 euros par an et une garantie financière fixée à 60.000 euros. Si le collectif a des inquiétudes sur les conséquences environnementales de la fréquentation du site, et le montage légal et financier du dossier, elle fonde avant tout sa demande d’annulation sur des enjeux de sécurité.

« Déjà, on est en manque de maîtres-nageurs ! »

« Il peut y avoir des noyades », lance Gérard Jeanson, le président du collectif, inquiet que des adultes ou des enfants ne sachant pas bien nager présument de leurs forces et se retrouvent en difficulté au large. « Déjà, on est en manque de maîtres-nageurs, et on nous dit qu’il n’y a pas d’argent pour prolonger la surveillance, comment vont-ils renforcer la surveillance en pleine saison ? Il faudrait au moins un zodiac, poursuit-il. On ne peut pas faire quelque chose au large des Catalans sans rien. »

Dans son rapport en vue de l’attribution de la concession, le commissaire-enquêteur Michel Caillol donne un avis favorable mais recommande un « protocole de sécurité » tout au long de l’année, en particulier pour les baigneurs non encadrés. Antony Lacanaud, qui porte le projet depuis 2016, dit travailler actuellement sur ce protocole. « Le plan d’eau est naturellement surveillé en été, et on a sur le site une bouée de repos avec main courante », souligne-t-il, rappelant que la zone est interdite aux embarcations à moteur, ce qui selon lui évite les conflits d’usage.

« On ne veut pas faire de passage en force, on est pour le dialogue », assure Antony Lacanaud, qui voit déjà plus loin : « Nous voulons développer des contenus pédagogiques et des actions autour du musée et du récif artificiel formé par les sculptures, qui a vocation dans le temps à créer de la vie sous-marine. A terme, il faudrait un espace muséal à terre pour donner une résonance au site. » L’association Les Amis du musée subaquatique de Marseille espère ainsi une subvention de la ville, qui avait finalement retiré celle de 100.000 euros (sur un budget total de 450.000 euros) octroyée au titre de capitale européenne du sport, le projet ayant pris du retard. Et perdu en route l’une de ses cautions artistiques, le Britannique Jason deCaires Taylor, référence dans la création d’œuvres sous-marines, qui sera visible finalement à Cannes.