Marseille: Parkings, transports, zones piétonnes... Les questions que pose la piétonnisation du centre-ville

URBANISME La métropole d'Aix-Marseille Provence et le département des Bouches-du-Rhône lance un vaste plan de piétonisation du centre-ville de Marseille.

Mathilde Ceilles

— 

La Canebière serait piétonne dès cette année.
La Canebière serait piétonne dès cette année. — Métropole Aix-Marseille Provence
  • Plusieurs axes du centre-ville de Marseille, dont la Canebière, vont devenir des zones piétonnes.
  • En compensation, la présidente de la métropole annonce la création de tarifs résidents dans les parkings souterrains.
  • Certaines lignes de bus vont voir leurs tracés changer.

Les premiers coups de pioche ont été donnés il y a quelques jours. Un vaste plan de requalification du centre-ville est en cours à Marseille, sur pas moins 72 hectares de ce secteur. 20 Minutes revient sur les questions que pose ce plan d’envergure, dont le coût, porté par la métropole d’Aix-Marseille Provence et le conseil départemental​, s’élève à 60 millions d’euros pour la tranche de travaux prévus cette année et l’année prochaine.

Que comprend ce plan ?

Le principal changement concerne la transformation de 22 hectares en des zones piétonnes. Cette piétonnisation va de la rue Caisserie au cours Jean-Ballard, en passant par la partie basse de la Canebière ou encore la place de l’Opéra. Le plan comprend également la plantation de 450 arbres dans l’hypercentre, avec notamment des platanes sur le cours Jean-Ballard. Le sol de certaines rues sera rénové, comme sur la Canebière, où les dalles vont être remplacées.

Quand ces travaux seront-ils achevés ?

Certains travaux, notamment le bas de la Canebière ou encore les rues Pythéas et Beauveau, devraient être livrés dès l’été prochain. Une célérité qui peut étonner : la concertation vient à peine de se terminer. Alors que Martine Vassal déambule dans le centre-ville dans le cadre d’une visite de presse, un antiquaire de la rue Saint-Saëns vient interpeller la présidente du conseil départemental et de la métropole Aix-Marseille Provence. « On ne sait pas ce qui se passe, on n’est pas au courant, regrette-t-il. Il n’y a aucune communication de la mairie. On aimerait savoir ce que l’on va faire parce que nous, on veut des clients. Et il n’y en a plus dans le centre-ville. »

« Il faut mener les chantiers sur des délais assez courts, affirme Martine Vassal. L’image du centre-ville de Marseille est détériorée. Les commerçants du centre-ville accusent une baisse du chiffre d’affaires de 20 %. Nous avons consulté les associations, notamment les associations de commerçants. La concertation a bien eu lieu, chacun est libre ensuite d’y prendre part. »

Où vont se garer les clients des commerçants et les résidents ?

Ce projet de piétonnisation inquiète les commerçants et résidents du centre-ville de Marseille, dans une ville où la voiture a une place prépondérante et où les places de parking sont rares. « Il faut penser à nous aussi ! » Pierre-Henri Roland stoppe Martine Vassal dans sa visite du quartier. Ce retraité habite depuis 40 ans dans le centre, avec son lot de difficultés pour se garer. « Quand j’ai emménagé, il y avait une cinquantaine de places. Maintenant, il y en a cinq, et le soir, je me gare sur un espace non autorisé pour bouger le matin. »

Avec la piétonnisation, le nombre de places va se retrouver encore réduit. En guise de compensation, la métropole annonce la mise en place de tarifs spécifiques pour les résidents et les clients des commerces du centre-ville dans 20 parkings souterrains. Ce tarif s’élève pour les résidents à un euro par jour, pour pouvoir garer sa voiture la nuit entre 20 h et 8 h et le week-end. Il faudra compter environ 2 euros par jour pour s’y garer à toute heure de la journée et de la nuit. Un tarif noctambule à 5 euros sera proposé. Les clients des commerces pourront également bénéficier de la première demi-heure gratuite.

Martine Vassal promet une mise en œuvre dès le 1er juillet pour le parking du cours Estienne-d’Orves, et dès le 1er novembre pour les autres parkings du centre-ville. « Et les impôts de la métropole n’augmenteront pas », promet-elle. Contactées, les sociétés des différents parkings concernés n’ont pas donné suite à nos sollicitations.

Quelles conséquences sur les transports ?

Cette piétonnisation aura de plus un impact sur le tracé de certaines lignes de bus, notamment ceux qui empruntent aujourd’hui la Canebière. La ligne 81 passera ainsi désormais par les cours Lieutaud, Peytral et Pierre-Puget. Les deux gares de bus Bir Hakeim/Fabres et cours Jean-Ballard seront réorganisées afin d’accueillir les terminus des lignes de centre-ville, comme le 41.