Marseille: Les anti-corridas demandent l'interdiction des écoles taurines aux mineurs

TAUROMACHIE La justice doit se prononcer sur une éventuelle interdiction à des écoles de tauromachie de former des mineurs à la corrida... 

M.C. avec AFP

— 

Corrida - Illustration
Corrida - Illustration — MEHDI FEDOUACH / AFP
  • Une association anti corrida demande à ce que les mineurs ne puissent pas apprendre la tauromachie dans des écoles du Sud-Est.
  • L’association a comparu ce lundi devant la cour administrative d’appel de Marseille pour réitérer sa demande.
  • La justice se prononcera ultérieurement sur cette requête.

La Cour administrative d'appel de Marseille doit se prononcer sur l'interdiction pour trois écoles de tauromachie du Sud-Est de former des mineurs, une demande du CRAC Europe, une association anticorrida.

Débouté en première instance en 2016, le CRAC a comparu lundi devant la Cour administrative d'appel de Marseille pour réitérer sa demande de contraindre les préfets du Gard, de l'Hérault et des Bouches-du-Rhône à «faire interdire les écoles de tauromachie de Nîmes, Béziers et Arles pour les mineurs» selon leur avocat, Christophe Courage. «Au moins que ces préfets, qui n'ont rien fait, ordonnent une enquête administrative sur ces écoles», a-t-il plaidé. La décision de la cour administrative d'appel a été mise en délibéré à une date non précisée.

Des jeunes exposées « à la maltraitance animale »

 

Le CRAC dénonce des écoles proposant «à des jeunes de 7 à 20 ans une activité dangereuse qui, de plus, les expose à la maltraitance animale». Le rapporteur public Michel Revert a affirmé lundi que «les corridas en France continuent de constituer une forme d'ilôt de barbarie légale» et a déploré le «flou total s'agissant du type d'enseignement». 

Mais il a estimé que le dossier «manque cruellement de pièces» contre ces écoles taurines et a demandé au président de la Cour de rejeter les trois requêtes d'appel. «Sous couvert de protection des mineurs, l'action du CRAC Europe est surtout dirigée contre la tauromachie», a-t-il conclu.

Un argument repris par l'avocate de l'école de Béziers, Katia Fischer, qui a ajouté que «l'équitation est un sport plus dangereux que la corrida». «N'attendez pas un accident grave !», a mis en garde Me Courage, évoquant le danger pour des «enfants de 14 ans face à des bêtes de 300 kilos minimum, en état de stress». Trois des quatre écoles taurines françaises sont situées dans le Sud-Est, a précisé le rapporteur.

​​​​