«Gilets jaunes» à Toulon: Deux manifestants en garde à vue pour «détention et fabrication d’engins incendiaires ou explosifs»

«GILETS JAUNES» La police a interpellé et placé en garde à vue deux «gilets jaunes» qui s'étaient etrouvés devant la préfecture de Toulon avec des bidons d'essence

M.Cei.

— 

Illustration de l'acte 11 des "gilets jaunes"
Illustration de l'acte 11 des "gilets jaunes" — SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP

Mais que voulaient donc faire les deux « gilets jaunes » interpellés par la police à Toulon, dans le Var ? Selon une source policière à 20 Minutes, un « gilet jaune » s’est présenté spontanément en début de semaine dernière au commissariat. Cette personne venait de rencontrer un autre « gilet jaune », âgé de 19 ans, qui lui avait remis un sac, et demandé de venir avec ce sac dans le coffre de sa voiture sur le parking de la préfecture de Toulon, jeudi dernier.

Or, dans ce sac se trouvaient, selon cette même source policière, des bidons d’essence, un entonnoir et un torchon. Un contenu qu’ignorait le destinataire de ce sac, qui a préféré alerter la police. Sur demande des forces de l’ordre, il s’est présenté comme convenu au rendez-vous, devant la préfecture, permettant l’interpellation du jeune homme de 19 ans.

Deux gardes à vue

Ce dernier a été placé en garde à vue pour détention et fabrication d’engins incendiaires ou explosifs. Un autre « gilet jaune », âgé de 50 ans et désigné par ce jeune « gilet jaune » comme celui qui lui aurait remis le sac, a lui aussi été placé en garde à vue pour les mêmes faits. Il est connu des services de police pour « faire partie d’un groupe antifasciste » selon une source policière.

Toutefois, la motivation de ces deux « gilets jaunes » reste floue à l’heure où ces lignes sont écrites. Si Var-Matin et France Bleu évoquent un projet incendiaire, voire une attaque contre la préfecture déjouée par les autorités, la police reste prudente. « Les perquisitions n’ont rien donné, et les déclarations des deux personnes gardées à vue sont contradictoires, indique une source policière à 20 Minutes. Le plus jeune indique notamment avoir détenu ce sac afin de réparer son scooter. » Les deux hommes ont été relâchés et l’enquête se poursuit.