Marseille: La guerre des plots, saison 3... Un habitant fixe des blocs de béton sur «son» trottoir

INSOLITE Une guerre du stationnement fait rage dans le XVe arrondissement, dans les quartiers Nord de Marseille. Les habitants sont prêts à tout pour « garder » leur place de parking… Ou pour protéger « leur » trottoir

J.S.-M.

— 

Appréciez le sens de la finition de l'apprenti maçon / cantonnier.
Appréciez le sens de la finition de l'apprenti maçon / cantonnier. — S. B.

Il y a à peu près deux ans, 20 Minutes consacrait deux articles à la « guerre des plots » qui faisait rage dans le XVe arrondissement de Marseille. On vous résume brièvement ces épisodes précédents : agacés par le ballet des voitures des patients de l’hôpital Nord, des habitants du quartier installaient des cônes de signalisation, des barrières, des poubelles ou des bidons en face de leurs maisons, pour « protéger » leur place de parking.

« On va envoyer des équipages de police municipale dans le quartier, aucune pratique de ce genre ne peut être tolérée. La police va mettre des amendes », nous disait alors Caroline Pozmentier, l’adjointe au maire de Marseille (LR) en charge de la sécurité. Poser un plot sur un trottoir municipal est, en effet, une occupation illégale de l’espace public, passible de 1.500 euros d’amende.

« Toujours plus loin »

Le fait de poser des plots de béton dans un espace public est tout aussi interdit. C’est, pourtant, l’innovation proposée par un habitant du XVe arrondissement, ces derniers jours, pour empêcher les automobilistes de se garer devant chez lui. « Ça me laisse par terre, peste Samir*, qui nous a envoyé des photos de la scène, ce lundi. Ils vont toujours plus loin, dans ce coin-là ! »

* Son prénom a été modifié, à sa demande.