Marseille

Rachida Dati reste ferme sur la récidive

« C'est bien, la randonnée, mais il ne faut pas oublier qu'il y a eu une victime ! », lance la garde des Sceaux. Le responsable de l'association qui emmène des détenus du centre pour peines aménagées (CPA) des Baumettes dans les calanques ne bronche ...

« C'est bien, la randonnée, mais il ne faut pas oublier qu'il y a eu une victime ! », lance la garde des Sceaux. Le responsable de l'association qui emmène des détenus du centre pour peines aménagées (CPA) des Baumettes dans les calanques ne bronche pas. Vendredi, détenus, surveillants, intervenants, médecins et juges, sont réunis autour de la ministre de la Justice pour parler réinsertion. Le visage fermé, celle-ci délivre un message de fermeté sur « la récidive ». Randonnée, formation, suivi : une surveillante expose le programme. « C'est important qu'ils aient des contacts réguliers avec le juge d'application des peines. Sinon, ils oublient qu'ils sont dans un parcours judiciaire », prévient Rachida Dati. « Refusent-ils les soins ? », s'interroge-t-elle. « Le consentement aux soins psychologiques se travaille. Forcer n'a pas de sens », répond un médecin. Autre thème abordé, les aménagements de peine. Selon la ministre, ils concernent un détenu sur dix et « ont augmenté de 30 % » en 2007. En Paca et en Corse, 500 détenus portent un bracelet électronique, purgeant ainsi leur peine à l'extérieur.

Sur www.20minutes.fr

Ambiance lors de la visite de l'établissement public pour mineurs de la Valentine (11e)