VIDEO. Marseille: Une quatrième victime retrouvée sous les décombres des immeubles effondrés

RECHERCHES Le bilan provisoire du drame qui s'est joué rue d'Aubagne est pour l'heure de quatre morts...

20 Minutes avec AFP

— 

Des équipes de secours dans le quartier de Noailles, le 5 novembre 2018 à Marseille.
Des équipes de secours dans le quartier de Noailles, le 5 novembre 2018 à Marseille. — AFP

Le corps d’une quatrième victime, une femme, a été découvert, ce mardi soir, sous les décombres des immeubles vétustes qui se sont effondrés, ce lundi, dans le centre de Marseille, a annoncé le procureur Xavier Tarabeux. Le corps de deux hommes et celui d’une autre femme avaient déjà été retrouvés par les secours, plus tôt dans la journée, dans les ruines de ces immeubles. Au total, selon les autorités, 5 à 8 personnes pourraient avoir été ensevelies sous les gravats.

Les secours sont à pied d’œuvre pour retrouver les personnes portées disparues sous les gravats des immeubles effondrés dans le centre-ville de Marseille.

Éclairés par d’imposants spots lumineux, sous une pluie battante, les marins-pompiers poursuivaient mardi au petit matin les recherches dans les gravats des immeubles vétustes qui se sont effondrés la veille dans le centre de Marseille, où au moins 8 personnes étaient toujours portées disparues. Toute la nuit, alternant les travaux avec une imposante grue, une pelleteuse ou à mains nues, les secours ont continué à fouiller les décombres, un amas d’une profondeur de 15 m. Régulièrement, des chiens inspectaient également la zone, à la recherche d’éventuelles victimes.

Des passants emportés

« Peu optimiste face à la situation », le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner a précisé sur place lundi soir que huit personnes étaient « susceptibles » de se trouver dans l’immeuble du 65 rue d’Aubagne quand celui-ci s’est effondré, avec le bâtiment mitoyen du 63. Il y a « peu de chance que l’on puisse trouver des poches de survie », a souligné Christophe Castaner, l’effondrement d’un troisième immeuble, au 67 de la rue, en fin d’après-midi, ayant écrasé les gravats du matin.