La prison fait le plein de jeunes

Frédéric Legrand - ©2008 20 minutes

— 

La prison pour ados passe à la vitesse de croisière. L'établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Marseille se prépare à entrer dans une nouvelle phase : c'est son premier été - période traditionnellement difficile dans les prisons - et il s'apprête à atteindre sa capacité d'accueil maximale en passant, à la mi-juillet, de 46 à 60 places. Ouvert en novembre 2007 à La Valentine (11e), l'établissement pénitentiaire pour mineurs avait aussitôt été confronté à une grève des éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), qui dénonçaient un manque de moyens. Sept mois après, la colère n'est pas retombée.

« Le cahier des charges, qui était magnifique, n'est pas respecté, assure Isabelle Audureau, déléguée régionale CGT à la PJJ. Il manque du personnel pour les activités sportives et socioculturelles, la cantine et les parloirs sont mal gérés... Les trois quarts des éducateurs ont demandé leur mutation. » Un diagnostic que réfute la PJJ : « On s'est rendu compte que le cahier des charges prévoyait plus d'activités que pour des collégiens, souligne Michèle Paquentin, directrice de la PJJ à l'EPM. On a donc concentré les heures de cours pendant la semaine. Le sport et les activités socioculturelles sont réparties le mercredi et le week-end, et aussi durant l'été, où les enseignements scolaires sont arrêtés. »

Seul point sur lequel syndicat et direction sont d'accord : le retard pris dans l'intégration des filles à l'EPM. Dans le projet initial, un pavillon devait leur être réservé, afin de mettre en place la mixité au sein de l'établissement pénitentiaire. « Normalement, il n'est prévu que 4 places pour les filles, contre 56 pour les garçons, souligne Bernard Lecogne, directeur régional de la PJJ. L'expérience d'autres prisons pour mineurs, notamment à Lavaur, montre que ce n'est peut-être pas évident à gérer. » Pour le moment, les filles détenues (moins d'une dizaine dans les Bouches-du-Rhône) sont au quartier femmes des Baumettes.