« Allier gratuité et refonte du réseau »

Recueilli par Frédéric Legrand - ©2008 20 minutes

— 

Daniel Fontaine

Maire (PCF) d'Aubagne.

Comment avez-vous eu l'idée de rendre les bus gratuits ?

Je l'avais proposée durant la campagne des municipales et cela avait fait un tabac, surtout auprès des jeunes. L'idée a été reprise par le président de l'agglomération Aubagne-Pays de l'Etoile. Nous comptons y arriver en juin 2009.

Est-ce réalisable sans augmenter les impôts ?

Nous allons atteindre les 100 000 habitants, ce qui amène des emplois et va augmenter le versement transports payé par les entreprises. Le tarif des billets était déjà très bas [de 0,33 euros à 1,10 euros le prix du voyage]. Financièrement, le manque à gagner en billetterie sera minime par rapport au budget de fonctionnement.

D'autres villes, comme Châteauroux, ont tenté les transports en commun gratuits, avec des résultats mitigés sur la fréquentation...

La gratuité doit évidemment s'allier avec une refonte du réseau. Nous l'avons déjà entamée, notamment en créant des minibus à la demande, qui fonctionnent comme des taxis. Nous lançons également un projet de tramway pour relier La Penne, le centre-ville d'Aubagne et la zone industrielle des Paluds.

Quand on voit l'exemple du tramway marseillais, ne craignez-vous pas que votre projet de tram soit long et cher ?

Le tracé n'est pas encore fixé, il sera élaboré avec les habitants. A priori, la ligne devrait faire de 7 à 8 km. Cela coûte cher, mais comme cet outil servira à plusieurs générations, nous allons emprunter sur quarante à cinquante ans. En terme de délais, nous pensons pouvoir terminer le chantier pour 2014.

L'A 50 est toujours saturée. Où en est le projet de doublement de la voie TER Marseille-Toulon ?

Nous attendons toujours notre troisième voie. Nous avons besoin de transports en site propre pour aller jusqu'à Marseille et Aix. Il y a des solutions. On pourrait envisager, par exemple, de relier notre tramway au tram marseillais, autour de La Barasse. Et pour desservir les autres communes de notre agglomération, nous envisageons de rouvrir la voie ferrée de la Valdonne.

Le conseil général et la communauté urbaine de Marseille souhaitent créer un syndicat mixte des transports (SMTC). Seriez-vous prêt à y adhérer ?

Bien sûr. Il est impossible de faire une politique des transports intelligente si on ne travaille pas tous ensemble. Sinon, on va aggraver les trente ans de retard qu'a notre région en la matière.

Le SMTC vise aussi à créer une tarification et une billetterie unique sur toute l'agglo. Pas facile quand certains bus sont payants et d'autres pas...

On ne veut pas jouer les trouble-fêtes en proposant la gratuité des transports. Nous sommes seulement sur quelque chose d'innovant. Il ne faut pas voir que les difficultés, il faut avoir la volonté de faire.