Rassemblement national: Marine Le Pen fait sa rentrée dans le Var, dans une fédération en «réorganisation»

POLITIQUE La fédération du Rassemblement national du Var a connu plusieurs démissions ces derniers mois…

Mathilde Ceilles

— 

Marine Le Pen et David Rachline lors d'un déplacement dans le Var
Marine Le Pen et David Rachline lors d'un déplacement dans le Var — BORIS HORVAT / AFP
  • Marine Le Pen fait sa rentrée politique dans le Var.
  • La fédération varoise est en pleine réorganisation.
  • Plusieurs personnes ont claqué la porte.

« Ainsi donc je rejoins les nombreuses cohortes des déçus qui ont bien avant moi renoncé à demeurer au sein d’un FN désormais guidé par le népotisme le plus éhonté ». Les mots de Claudine Kauffmann dans sa lettre adressée à Marine Le Pen en mars dernier sont secs. La sénatrice du Var, décriée pour des propos tenus dans le passé sur Facebook, est la dernière élue varoise en date à quitter les rangs de l’ex Front national, désormais Rassemblement national.

Depuis les dernières élections, la fédération accuse la démission d’une dizaine d’élus. A la mairie de la Seyne-sur-Mer, il n’y a plus de groupe frontiste suite au retrait de plusieurs conseillers municipaux. Le maire de Cogolin a rendu sa carte. Et avec le départ de Claudine Kauffmann, le Rassemblement national n’a désormais plus qu’un seul sénateur, Stéphane Ravier.

« Il y a eu une réorganisation »

Or, c’est à Fréjus, dans le Var, que la présidente du Rassemblement national a choisi de faire ce dimanche sa rentrée politique. « C’est un cadre agréable pour faire une rentrée », sourit David Rachline, le maire de la commune et proche de Marine Le Pen. Et d’affirmer : « Il n’y a aucun affaiblissement du Rassemblement national dans le Var. Les cadres ont été renouvelés, il est bon de mettre en avant des jeunes, on a besoin de nouveauté avec des personnes qui ont la gnaque. Il y a eu une réorganisation. »

Dans le viseur de certains démissionnaires se trouvent en effet le patron de la fédération, Frédéric Boccaletti. Ce dernier avait annoncé son départ en 2017, avant d’être reconduit au début de l’année, aux côtés de plusieurs jeunes cadres qui faisaient leur entrée dans les instances dirigeantes. « Cela fait huit ans que je suis à la tête de cette grosse fédération qui a présenté une quarantaine de listes aux dernières municipales, explique-t-il. J’avais demandé qu’une personne de mon équipe me remplace. J’ai rencontré Marine Le Pen avant l’été, il fallait que je tourne une page et voit autre chose. »

« La commission d’investiture crée des déçus »

« Au bout d’un moment, il apparaît des tensions entre les uns et les autres, notamment après la lourde organisation de campagnes. Mais Marine Le Pen m’a demandé de rester pour organiser les campagnes des élections européennes, et je suis un soldat fidèle », assure-t-il. Des tensions qu’il impute majoritairement à des problèmes d’investiture. « La commission d’investiture crée des déçus », affirme-t-il.

Certains toutefois sont partis sur la base de désaccords plus profonds, à l’image de Marc-Etienne Lansade​. Ce proche de Marion Maréchal-Le Pen, élu maire de Cogolin, a claqué la porte du parti il y a un an, peu de temps après le départ de l’ancienne députée du Vaucluse. « L’orientation économique et sociale du Front national n’est pas crédible, estime-t-il. Le FN n’est même socialiste, il est au-dessus de cela, il est collectiviste. Je suis parti à cause de l’inflexion étatiste impulsée par Florian Philippot, et les conditions ne sont pas réunies pour que je revienne. »

Un phénomène « à la marge » selon Frédéric Boccaletti. « On a dû avoir deux départs liés à la création du mouvement de Philippot, et si ceux qui soutiennent Jean-Marie Le Pen étaient vraiment déçus, ils seraient partis au moment de son exclusion. Il n’y a pas eu de baisse du nombre de militants dans le Var. » Au nombre de combien au fait ? Le délégué départemental assure dans un rire, ne pas savoir le chiffre, mais promet de nous la communiquer rapidement. A l’heure où ces lignes sont écrites, nous ne sommes toutefois toujours pas en mesure de fournir cette information.

>> A lire aussi : Le Rassemblement national fragilisé après la saisie de deux millions d'euros d'aide publique

>> A lire aussi : VIDEO. Var: «Cassez-vous!», Marine Le Pen chahutée dans un village qui doit accueillir un centre de demandeurs d'asile

​​​​