Marseille: «Ceux qui m’ont abandonné, ils vont voir ma tête de partout!» Qui sont des visages sous l'ombrière?

STREET ART L’association Les petits frères des pauvres expose les portraits de 120 personnes âgées isolées pour les mettre en lumière…

Jérémy-Nathan Baltus

— 

L"ombrière" du Vieux-Port de Marseille
L"ombrière" du Vieux-Port de Marseille — Boris Horvat AFP
  • L’association Les petits frères des pauvres organisent une exposition éphémère sous l’ombrière du Vieux-Port.
  • Elle accompagne les personnes âgées isolées.
  • Souvent oubliées, la précarité accentue l’isolement des personnes âgées isolées.

« J’avais l’impression d’être abandonné. Même au milieu de la foule, avec du bruit, je me sentais seul », raconte Jean. Alors qu’il est en couple et père de cinq enfants, il perd tout. Il se retrouve à la rue jusqu’à sa rencontre avec Les petits frères des pauvres. « C’est une vague qui vous emporte, vous vous noyez. L’association vous sort la tête de l’eau. »

Ce mardi, l’association Les petits frères des pauvres de Marseille expose 120 portraits de personnes âgées isolées en situation de précarité. Levez les yeux, ainsi s’intitule l’exposition éphémère de street art située sous l’Ombrière du Vieux-Port. Les portraits seront également affichés au boulevard Voltaire.

« On accompagne près de 400 personnes »

Cette mosaïque de portraits grand format en noir et blanc fait partie du projet Inside Out du photographe JR. À l’occasion de ses 60 ans, l’association souhaite attirer l’attention sur les conditions de vie personnes âgées isolées. « On accompagne près de 400 personnes à Marseille », renseigne l’organisation. Elle assiste des individus âgés de 50 ans et plus, souffrant d’exclusion, de maladies graves ou de solitude. Par des visites régulières, en mettant en place des ateliers artistiques, l’organisation tente de rétablir du lien social.

Pour Jean, l’évènement est une revanche. « Tous ceux qui m’ont oublié, m’ont abandonné, ils vont voir ma tête de partout ! Ça prouve qu’on existe, ça fait du bien ! », s’amuse-t-il. L’association a permis à Jean de trouver un appartement. Il bénéficie également de la banque alimentaire de l’organisation. Enfin, il se targue d’avoir trouvé une copine. « Depuis deux ans, je suis avec Annie. »

« On veut mettre un coup de projecteur sur les personnes âgées à Marseille en situation de précarité », déclare l’association. En France, 300.000 personnes âgées sont en situation de mort sociale. « Elles ne reçoivent aucune visite pendant plusieurs jours. On ne compte pas les personnes qui effectuent les soins ou le ménage car elles ne peuvent pas vraiment discuter ou échanger », ajoute l’institution.

>> A lire aussi : Un tiers des 60 ans et plus n'ont pas de confident à qui parler, selon une étude

>> A lire aussi : La Poste envoie les facteurs veiller sur les personnes fragiles et isolées