Marseille: La mairie dédoublera moins d'un CE1 sur deux en REP+ à la rentrée

EDUCATION Face à un manque de locaux, Marseille peine à appliquer les réformes du gouvernement qui souhaite avoir 12 élèves par classe. Elle affiche toutefois un sentiment de satisfaction…

Mathilde Ceilles

— 

Une école de Marseille
Une école de Marseille — BERTRAND LANGLOIS AFP
  • La mairie de Marseille fait face à un manque de locaux.
  • A la dernière rentrée, elle se disait incapable de dédoubler les classes de CP en Rep et CE1 en Rep+, tel que le demandait le gouvernement.
  • Moins d'un CE1 sur deux concerné aura moins de douze élèves par classe à la rentrée.

Le 1er septembre 2017, peu avant la rentrée des classes, Danièle Casanova, adjointe maire de Marseille déléguée aux écoles maternelles et élémentaires et au soutien scolaire, confiait à 20 Minutes son inquiétude quant à la rentrée 2018. Les nouvelles mesures gouvernementales imposaient en effet à Marseille le dédoublement des CE1 en REP + et de tous les CP en REP. « Nous allons faire remonter par la voie hiérarchique que ce n’est pas possible », assurait alors Danièle Canasova.

Marseille est en effet la ville de France qui compte le plus grand nombre d’écoles situées en zone d’éducation prioritaire, et fait face à un manque de locaux. A l’époque de cette confidence, l’élue venait tout juste de trouver une solution pour les CP en REP +, après avoir tâtonné plusieurs mois, jusqu’à envisager d’installer des cloisons dans les classes.

« Rien n’est impossible à Marseille »

Plusieurs mois plus tard, le discours est tout autre. L’heure est au satisfecit pour Danièle Casanova et le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin ce jeudi lors d’une conférence de presse. « Nous avons trouvé une solution avec l’inspection académique, et le dédoublement physique concerne 65 % des classes, essentiellement dans des salles pédagogiques de moindre importance comme des salles informatiques ou des salles de travaux manuels. Rien n’est impossible à Marseille. »

Rien n'est impossible, et pourtant... Ce chiffre est à tempérer, puisque dans ce calcul, la mairie inclut les CP en REP + dédoublés, pour lesquels elle avait déjà trouvé des solutions à la rentrée précédente. Ainsi, selon les chiffres communiqués par la municipalité, 230 CP en REP + seront dédoublés, contre 237 en septembre 2017, soit 78 % des CP en REP +.

Une minorité de CE1 dédoublés

Mais si l’on exclut ces CP, qui représentent 46 % des classes concernées par les mesures gouvernementales, les chiffres sont moins encourageants. Seuls 55 % des CP en REP et des CE1 en REP + auront leur propre classe avec un seul enseignant. Moins d’un CE1 sur deux sera dédoublé, au profit de deux enseignants dans une classe. « On ne peut pas continuer à l’infini, à faire tous les efforts pour respecter les décisions qui viennent d’en haut », avertit Jean-Claude Gaudin.

« Ce manque de locaux chroniques est un problème récurrent à Marseille, analyse Calire Billès, secrétaire départementale du Snuipp-FSU. Supprimer une bibliothèque pour dédoubler une classe n’est pas anodin. Il y a eu une pression sur certaines écoles pour imposer des classes dédoublées, car il y a à Marseille une nécessité d’affichage. Il faut dire que tout va bien dans le meilleur du monde, que Marseille dédouble bien ses classes, alors que la ville a été dans le passé pointée du doigt en matière d’éducation. » La rentrée 2019 s’annonce d’ores et déjà compliquée, puisque avec la maternelle obligatoire, la municipalité devra accueillir 2.000 enfants.

>> A lire aussi : Les activités périscolaires maintenues... mais payantes à la rentrée 2018 à Marseille