Les lycéens promettent un Mai 2008

Xavier Thierry - ©2008 20 minutes

— 

Les élèves dépassent leurs professeurs. La manifestation contre les suppressions de postes et les réformes dans l'Education nationale a attiré hier à Marseille cinq mille personnes selon les organisateurs, neuf cents, dont sept cent cinquante lycéens, selon la préfecture. En tête de cortège, Michèle Potoudis, secrétaire départemental de la FSU, évoque « cent quarante-trois suppressions de postes dans les collèges des Bouches-du-Rhône, soit plus d'une suppression par collège ». « Mais on n'en parle pas car les élèves sont trop jeunes pour manifester », estime Catherine Fuchs, prof de français au collège Vallon des Pins (15e).

Dans le cortège, huit professeurs déguisés en fantômes, représentant les huit postes supprimés au lycée Artaud (13e), s'amusent avec les photographes. Chaque lycée défile derrière sa banderole, avec des slogans comme « Darcos, le contrat de confiance ». « La CGT et le PC nous ont payé le trajet en car, explique Nicolas, venu de Pertuis. On est une soixantaine aujour­d'hui pour contester les cinq suppressions de postes. La plupart des professeurs sont venus en voiture. » Sur le cours Belsunce, la manifestation attire les badauds. « Ils ont raison, il faut mettre l'accent sur l'éducation et la santé », explique une commerçante. « Il faut faire comme en 1789 ! », s'exclame un passant à une manifestante. Au micro, le speaker promet : « Ceux qui n'ont pas aimé Mai 68 vont détester mai 2008 ! » Prochain rendez-vous demain, pour le 1er Mai.