Huit élus de droite n'ont pas soutenu Muselier

MARSEILLE L'UMP fait la chasse aux traîtres...

Frédéric Legrand à Marseille

— 

AFPTV

Grand concours ce jeudi dans les couloirs de Marseille-Provence Métropole (MPM): découvrir les élus de droite qui ont voté socialiste.

Eric Le Dissès, maire de Marignane, ex-UMP, fait figure de suspect idéal: durant les municipales, Gaudin et Muselier l'avaient lâché au profit de l'ex-FN Daniel Simonpieri. Et Marignane compte dix élus à MPM, alors qu'il manque au moins huit voix à Renaud Muselier. «Je suis sans étiquette, répond Le Dissès. J'ai laissé mes élus libres de leur choix, tout en ne cachant pas le mien.»

A gauche, on assure que plusieurs élus de «petites communes» ont voté Caselli. Le maire (sans étiquette) de Plan-de-Cuques enfonce le clou: «Ce vote sanctionne une certaine gestion de MPM, qui consiste à donner tout à Marseille». Quels qu'ils soient, les «dissidents» n'ont pas osé soutenir Caselli dès le premier vote à main levée.

parole Jean-Claude Gaudin, maire (UMP) de Marseille, a appelé Eugène Caselli à «tirer toutes les conséquences» de sa mise en minorité. Le PS a accusé la droite d'avoir violé sa parole, donnée lors d'une suspension de séance, de ne pas paralyser MPM d'entrée de jeu.