Marseille: Jusqu'à 15 ans de prison requis pour une fusillade impliquant des mercenaires kosovars

JUSTICE La procureure a dénoncé des « faits d’une gravité exceptionnelle »…

M.C. avec AFP

— 

Le tribunal correctionnel de Marseille (Illustration)
Le tribunal correctionnel de Marseille (Illustration) — Mickaël Penverne / 20 Minutes

Dénonçant « des faits d’une gravité exceptionnelle » et fustigeant des « méthodes paramilitaires », la procureure a requis vendredi jusqu’à 15 ans de prison contre les membres présumés d’un commando, dont 4 mercenaires kosovars, soupçonnés d’être responsables d’une spectaculaire fusillade survenue en 2015 à la Castellane.

Le 9 février 2015, quelques heures avant une visite du Premier ministre Manuel Valls, le commando en treillis, cagoulé, armé de kalachnikov et équipé de talkies-walkies entendait en découdre avec un réseau concurrent de la cité, mais s’était retrouvé face à des policiers prévenus par des habitants. Les nombreux coups de feu tirés – en l’air, a révélé l’enquête – n’avaient pas fait de blessés.

Entre deux et quinze ans

Devant le tribunal correctionnel de Marseille, le parquet a réclamé 15 ans de réclusion et 10 ans d’emprisonnement, assortis dans les deux cas d’une période de sûreté des deux tiers, contre Salim Tachouaft, 37 ans, et Seif Khadhri, 29 ans, désignés comme les chefs du commando.

Le ministère public a également requis entre 5 et 8 ans de prison ferme à l’encontre des huit autres membres présumés du commando jugés eux aussi pour violences volontaires sur des policiers et association de malfaiteurs. De 5 à 6 ans ferme ont été demandés contre les quatre « mercenaires kosovars » qui en faisaient partie, ainsi qu’une interdiction définitive de résider sur le territoire. Enfin, deux à quatre ans de prison ferme ont été requis contre les cinq derniers prévenus, soupçonnés d’avoir apporté une aide logistique au commando.